Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 21:37

Ca y est, je suis passe au niveau 2 !! Et il n y a pas a tortiller, c est plus dur que le niveau 1, et sacrement en plus de ca. Me revoila donc apres trois semaines d absence ; je n ai donc pas ete mange par un ours a collier, c est juste que je n ai pas eu le temps sur internet pour publier des articles.

 

Alors, le niveau 2 correspond au changement d ile ; j etais sur Hokkaido et maintenant me voila sur Honshu. Mon ere Ezo (de l ancien nom d Hokkaido, il donne des noms d ere a chaque cangement d empereur, pour moi ca sera a chaque changement d ile) s est terminee le lundi huit septembre, a neuf heures dix. Ce jour-la, apres une nuit autour des douves du fort en etoile de Hakodate puis un petit tour matutinal pour visiter le fort (reveille a 3h30 par des badauds flanant autour du fort, promenade circulaire tres prisee des coureurs et promeneurs de chien), direction l embarcadere du ferry qui va a Oma, la ville la plus septentrionale de Honshu, et qui donne son nom au cap nord de l ile a deux ou trois kilometres seulement du centre ville. Le comptoir ouvrait a neuf heures, et le ferry partait a neuf heures dix. Je me suis pointe a neuf heures une, j ai dit que je voulais partir tout de suite, j ai regle la somme necessaire et en bateau Fredo ! Je crois que d habitude ce n est pas possible et qu il faut reserver a l avance...

 

Parenthese "histoire" : le fort Goryokaku (fort en etoile a cinq branches) de Hakodate a ete construit tardivement a la fin de l ere Edo, dans les annees 1850-1860 et s inspire des citadelles europeens type a la Vauban. Il est tres celebre car c est ici qu a ete livre, en 1869, la derniere bataille de la guerre de Boshin, guerre qui opposa les derniers rebelles supportant le shogun, ancien chef militaire du Japon, contre les troupes de l empereur dont le pouvoir avait ete restore une annee avant, ce qui marqua la fin de l ere Edo et le passage a l ere Meiji.

Maintenant le site est tres prise pour le "hanami", cette passion toute japonaise qui consiste a contempler les cerisiers e fleurs (du coup ils plantent des cerisiers de partout, dans tous les parcs).

 

Quelques photos avant de continuer. La haute tour qu on voit est la tour du Goryokaku, batie juste a cote. Elle est le plus haut edifice de la ville. J ai mis aussi des photos de ferries, un normal et un rapide dont ils sont tres fiers.

Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2Voyage au Japon niveau 2

On a accoste a Oma, ou j ai passe la journee et dormi au camping gratuit de la pointe. J ai passe la soiree a boire du Shochu avec un tokyoite je crois, et j ai encore oublie de le prendre en photo pour montrer des indigenes.

A part qu il y a un coin pour planter la tente et que c est le nord de Honshu, aucun interet. Petite ville vivant de la peche et du tourisme (car lieu le plus au nord de l ile principale), avec des maisons tres moches. J ajoute a cette tournee de photos celle de la ville voisine pour donner une idee des splendides batiments qu il y a la-bas, ainsi qu une carte photographiee au bord de la route, avec le nord en haut pour une fois !

Voyage au Japon niveau 2Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2Voyage au Japon niveau 2

D Oma je suis parti plein sud et c est la que j ai compris que j etais au niveau 2. La route fut sans pitite pour mes pauvres gambettes. Pas un endroit plat, que des petites montees tres raides suivies de descentes... tes raides aussi. Enfin, petites, petites, trois ascensions de plus de trois cent metres chacune quand meme, avec des passages entre 15 et 20 pourcent (au max comme la cote a Corenc je pense), sur une route nationale riquiqui munie de garages pour que les voitures puissent croiser.

En descente j etais parfois dans des pentes dont la raideur excedee la capacite de freinage de Gaston, heureusement il n y avait presque personne.

A la fin de la deuxieme grosse cote, la plus dure, j ai vu des singes ! Aahh, une recompense pour tous ces efforts, quelle joie. Au passage je signale que je les ai vus plus au nord que le point le plus au nord ou il y en a soi-disant... C est aussi a cet endroit que j ai pris en photo la cote et ses dentelles bizarroides.

J ai passe la nuit dans un immense camping gratuit ou il n y a presque jamais personne qui va. Il y avait beaucoup de ces endroits amenages pour le tourisme qui tombe en desuetude a Hokkaido. Ils voient les choses en tres grands, mettent plein d installations touristiques de partout, avec des restaurants, des boutiques de souvenirs... et ensuite on peut les observer tomner en deliquescence au bord de la route. C est un peu bete, maintenant que je le dis je pense que pas une fois je n ai pris une photo de ces endroits desertes.

 

La journne suivante descente vers la mer au sud de la peninsule, et une fois arrivee pause a l abri dans une petit musee de coquillages ou ils tournaient un documentaire (j ai du attendre une pause de tournage pour pouvoir rentrer), le temps que la pluie cesse.

Apres la pluie, longue tiree dans une agglomeration immonde jusqu a un michi no eki ou je n ai quasiment pas dormi a cause du tres fort ventqui faisait battre  la tente, arrimee a Gaston et retenu par mon sac de l autre cote (pas d herbe alors j ai fait comme j ai pu).

 

Le niveau 2 concerne aussi les indigenes qui ici tiraient tous la gueule et me jetait des regards noirs, au lieu des bienveillants des gens de Hokkaido.

 

J ai ajoute des photos d un petit temple sympathique. Depuis que je suis sur Honshu il y en a plein de partout, de toutes les tailles, c est assez incroyable des fois.

Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2

Apres je me suis rendu au lac Towada, au lieu touristique en ete et en automne - j etais entre les deux et il y avait du monde - en chemin j ai vu beaucoup de champs de riz, signe qu il fait moins froid qu a Hokkaido, paysage qui continue de defile depuis.

Le lac Towada est un lac de cratere a double caldera auquel on accede soit par des petites routes tres raides soit par la route principale qui passe par des gorges dotees de multiples cascades. J y suis passe et en effet il y avait des cascades tous les 500m, de tous genres.

 

Nuit au bord du lac dans un parc (a part en manga kissa je n ai pas paye une seule nuit depuis que je suis en gaffocyclette) puis direction Hirosaki. Au petit matin il m a fallu emprunter une des routes tres raides du bord du lac, pas le chois (300m pile poil de montee en 4km, pas trop mal comme moyenne de raideur non ?).

 

En descendant vers Hirosaki, ou je me suis rendu pour son celebre chateau, je suis entree dans une vatse zone de cultures de pommes. Tout autour de la ville il y en a, c est la region du Japon qui en produit le plus. De ce fait j ai mange gratos des pommes pendant trois ou quatre jours. Elle n avait aucun gout mais je n allais pas faire la fine bouche. En effet ici l apparence et la taille prime encore plus qu en Europe, le prix de la pomme, de la tomate, du poivron, depend avant tout de sa taille. Par consequent ils arrosent abondamment de pesticide et font des legumes et des fruits enormes et totalement insipides.

Bien que ca soit apres Hirosaki j ai du coup mis tout de suite une photo d emmaillotage de pommes pour je ne sais pas quelle raison, ainsi que celle ou on voit une mini-cahute dans laquelle ils mettent les fruits ou les legumes qu ils vendent directement au bord de la route, sans intermediaire. Il n y a personne, juste le prix indique ; on s arrete, on choisit ce qu on veut, on paye et on s en va. Je pense qu en France ils seraient assez vite ruines avec cette pratique (je n ai pas abuse de leur confiance, jai ramasse des pommes tombees au bord de la route, il y en avait deja bien assez comme ca).

Peu avant Hirosaki j ai vu un etrange totem signalant que j etais dans un coin ou ils produisent leurs celebres poupee-stauette-un-tantinet-godemichet (la derniere appelation n est pas revendiquee bien sur mais c est assez equivoque en matiere de poupee je trouve), tres reputees pour leur motifs colorees au Japon.

Et dans la banlieue petite discussion avec un papi de 76 ans qui moissonnait son champ de riz en mode intermediare (vous verrez le mode traditionnel et le mode faineant plus loin).

 

Au passage notez une amelioration sensible de mon regime alimentaire, des legumes  a midi !! Dans les michi no eki ils ne sont pas chers, i.e. deux fois plus chers qu en France au lieu de quatre fois plus ailleurs.

Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2

A Hirosaki, chateau bien sur, pagode a cinq etages, temples en tout genre (il y a un endroit avec 33 temples cote a cote, et des grands !) et manga kissa (nom d un cyber rempli de mangas ici au fait, kissa est le diminutif de kissaten = salon de the) hors de prix car sans concurrence, pour peu d heures en plus ! J y ai dormi car pour la premiere fois je me suis fais jete d un parc, poliment et gentillement, par deux argousins. Il faut dire que j ai tente le parc du chateau, tres grand et ouvert toute la nuit, mais dans lequel on n est pas tolere avec une tente.

 

Le lendemain tour au pied du mont Iwaki pour voir le temple Iwaki avant de retourner a Hirosaki m embringuer sur ka bonne route, qui m a conduit, apres les habituelles up-and-down bien pentues (panneaux indiquant 10 pourcent de temps en temps), au site "Anmon no taki", les cascades d Anmon, lieu touristique du parc de Shirakami, zone vierge inscrite au patrimoine mondiale de l Unesco. Avant de m y rendre, comme il n y a rien la-bas et que je voulais ensuite prendre une piste longue et plein de cols qui font encore plus mal que la moyenne, j ai pris le stock de boustifaille, ca prennait de la place a l avant !

 

 

J ai beaucoup aime le chateau, tres photogenique, ou de ce fait j ai pris pas mal de photo. J en ai meme pris de nuit, on peut voir les evolutions de luminosite pour un pont par exemple dans les photos que je mets.

 

Dans la zone des 33 temples (ou 34 peut-etre si on compte le plus vieux et venerable, je n ai pas compris) j ai visite le plus vieux et venerable, qui n a pas brule depuis 400 ans, contrairement a presque partout ailleurs. Ils sembleraient en effet qu ils aiment jouer avec le feu ici, et qu ils ne soient pas tres doues : partout ou je passe il est explique que le batiment en question a ete reconstruit tant de fois car il a crame tant de fois.

De ce fait on pouvait par exemple voir les traces laissees par les "crampons" des samourais et moines de l epoque qui voyageaient l hiver et qui faisaient halte dans le temple afin de se retaurer.

C est la aussi qu il y avait les tombes des seigneurs de Hirosaki, dont on voit deux photos.

Pas de photo dans le temple car c etait interdit.

 

La pagode etait jolie aussi, avec un environnement pittoresque aui creait une atmosphere que j ai appreciee. C est la que j ai vu Mushu !

 

Le temple d Iwaki est repute pour les peintures colorees de sa porte, admirez.

 

J ai aussi mis une photo d une petite porte d un autre temple a Hirosaki, unique en son genre au Japon, et probablement dans le monde entier.

 

Il y a aussi deux photos de l interieure d une vraie ancienne demeure. C est prive et encore habite, alors on n en voit qu une partie. Il y avait une collection des poupees-statuettes, je vous laisse jouer a ou est Charlie.

 

Je montre dans cette serie la technique traditionnelle de recolte du riz. La moyenne d age de tous ces vaillants paysans est tres elevee, dans dix ou vingt ans le nombre de riziere va drastiquement chute s il n y a pas de releve qui se manifeste entre tempes.

 

A Anmon no taki, il y avait trois cascades, de taille crescendo au fur et a mesure que l on remonte des gorges, charmante et plaisante petite baguenaude.

Le premier soir (j ai passe deux nuits dans la partie gratuite du camping) j ai ete invite a souper par un couple de tokyoite tres sympathiques. Pour moi ce genre d occasion est bath car ca me fait pratiquer mon japonais. C etait un dimanche avec un lundi ferie le lendemain, et du coup le camping etait bonde. La nuit suivante j etais le seul olibrius a y dormir.

Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2
Voyage au Japon niveau 2

C est tout pour aujourd hui, la suite de l ere Outchou (Honshu mis en version outch, aie aie aie quoi) demain.

 

Arvi !

Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 17:05

Apres une semaine d un temps tres beau et sec, est venue la pluie. Et beaucoup d un coup, pour les statistiques probablement.

 

J ai quitte mon parc tot le matin car trois gouttes m ont tire du lit, rien de bien mechant cependant. J avais un tres fort vent dans le dos, ce qui fait que j ai pu rallier Tomakomai rapidement et me mettre a viser beaucoup plus loin, un michi no eki dans le parc national de Shikotsu-Toya. Peu avant d arriver en ville la pluie a commence a tomber, doucement tout d abord puis de plus en plus fort.

En chemin j ai vu un pelerin en mode a l ancienne.

 

Tempete a bicyclette

Apres la pause repas sommaire pris vaguement a l abri d un arbre je me suis remis en chemin vers le lac Shikotsu sous des hallebardes.

Comme ca montait, que j avais tres mal au fessier et qu il y avait une piste cyclable sur laquelle j etais tout seul peinard (ah ca tu parles ! c etait pas un temps a mettre un rat dehors) j ai alterne un kilometre a pied, quatre kilometres a bicyclette. Arrive a vingt bornes et deux ou trois bananes j ai rejoins la route et j ai alors gravi le Bifue toge sous des torrents. A la toute fin de la montee, qui etait a la sortie d un tunnel, j ai vu deux olibrius loves dans leur sac de couchage sur le petit trottoir du tunnel, leurs velos non loin. Les trombes les ont pousses dans le tunnel ou les camoins font un vacarme assourdissant, c est vous dire s il pleuvait fort.

 

Moi j ai continue ma route jusqu au michi no eki, qui s est avere tres decevant. Du coup j ai rerpis de plus belle, trempe jusqu aux os, transi de froid dans la descente du col, jusqu au patelin plus loin pour y trouver a manger - comme j etais dans un parc national il y avait tres peu d habitations et de boutiques, j ai pas gere sur ce coup-la - et un endroit ou dormir. Car j avais deja beaucoup de bornes au conteur journalier. Au final, d apres google maps j ai fait 155 km, avec le vent favorable au debut heureusement, parce qu apres entre le pluie et le col je n ai pas avance tres vite.

J ai achete des ailes de poulet aux epices et a la mayonnaise dans un Seicomart, un truc chaud et delicieux, une vraie tuerie dans l etat dans lequel j etais, puis je me suis installe dans un abri-bus et j y ai passe la nuit.

Tempete a bicyclette

Parenthese sur mes moeurs alimentaires dans ce pays. Je vous avais habitue au pain-qui-rit au Maroc, et bien ici c est souvent cereales les matin vers 6-7h, une sorte de muesli enrichi en toutes les vitamines qu il faut, encas vers 9-10h sous forme de pancake ou autre patisserie qui coute envron 100 Yen et qui est bourre d energie, vers 12-13h un paquet de chips ou assimiles avec du pain agremente de chocolat, de miel ou de confiture de fraise (je me debrouille pour toujours en avoir deux differents en stock), re-encas aux alentours de 15-16h, du meme acabit que celui du maitn, puis souper fait de nouilles japonaises le soir. Soit somen, soit ramen, soit udon, soit soba. Les deux derniers cuisent plus lentement et donc coutent plus cher en gaz, mais ce sont ceux que je prefere alors c est le plus frequent. Surtout les sobas depuis que j ai vu qu il y a beaucoup de proteines dedans.

Et voila, ca fait beaucoup au final, compare au regime en Afrique je me fais peter le bide tous les jours ! Mais il faut bien ca parce qu on ne fait pas 120km de velo tous les jours le ventre creux, pas pos-si-ble.

 

Bon, revenons a notre Gaston.

Et tiens, re un petit coup de parenthese pour presenter un peu plus ma Gaffocyclette, maintenant que je la connais un peu plus.

 

Gaston :

  • Taille : 50cm entre la potence et la tige de selle, le max japonais et bien sur trop petit pour moi ;(.
  • Guidon : type de-course-oreilles-relevees.
  • Vitesse : 12 sous forme de 2 (48 et 36) x 6 (13 a 28), c est beaucoup, ce n est pas trop. Les plateaux n aiment pas l eau et par temps de pluie il faut forcer pour les changer, pas commode. C est assez coton de changer les vitesses, ca saute un peu des fois, il faut ajuster quand on change de plateaux pour eviter trop de frottements et donc d usure et de bruit... un coup a prendre, rien de plus.
  • Freins : pas terrible par temps sec, tres mauvais par temps de pluie. En plus le systeme oreilles-relevees rend les freinages d urgence tres acrobatiques car plus je freine plus mon corps appuie sur les bras qui appuient sur les freins, qui freinent encore plus fort... Heureusement par temps de pluie je ne me pose pas la question, c est a fond en priant pour que je m arrete a temps. Le reste du temps j anticipe.
  • Pneus : pas terrible, pourraient etre pires. Legerement craqueles car pas de toute premiere jeunesse. On verra bien jusqu ou ils tiendront le coup.
  • Porte-bagages et garde-boue : il y en a, ils sont biens. Ils font leur boulot en tous les cas, c est tout ce que je leur demande.
  • Selle : catastrophiquement douloureuse ! Un calvaire quotidien. J attends beaucoup de ma pause a Hakodate, j espere qu a la reprise mon popotin se sera remis et sera habitue.
  • Couleur : quelle importance ? Et puis c est facile a voir sur les photos.
  • Anti-vol : un a l avant, une blague a la japonaise, mais cela evite que quelqu un ne se barre en roulant avec le velo, largement suffisant dans ce pays.

 

Et voila le travail ! Ca c est de la fiche technique detaillee ou je ne m y connais pas.

 

Ok, ok, la suite.

Le lendemain matin, la pluie avait cesse, de meme que le vent qui a casse d assez nombreuses branches d arbres durant la nuit, vraiment une mini-tempete.

Le temps s est meme franchement degage une fois que j etais sur la cote et j ai pu m arrete dans un michi no eki pour faire secher mes affaires qui etaient toutes soit trempees soit humides.

 

 

Tempete a bicyclette

Ensuite je me suis retape un col, avec encore une fois l estomac dans les talons car je pensais trouver un bled avant Oshamanbe, et en fait macache ;( sniiif. Diner dans le parc d Oshamanbe, avec sieste a l ombre, hhmmm, c etait bien.

J ai ensuite continue jusqu Yakumo pour ne me laisser que 75 km a faire le lendemain pour atteindre Hakodate. Et la malheur, j ai dormi dans la ville-aux-moustiques. Du jamais vu en ce qui me concerne. Dans le parc ou jai dormi, a propos du nombre d agresseurs  et de leur hargne ca a depasse tout ce que j avais experimente avant. Je me suis baricade dans ma tente, et la j ai constate que j avais tout sauf le sac de couchage. Nooooooooon. Alors je suis ressorti, je suis re-rentre, et j ai repasse de sales minutes a me faire bouffer tandis que je tuais les dizaines d intrus qui avaient sournoisement profite de l occasion pour s inviter chez moi.

Mauvaise nuit, les piqures sur les coups de soleil, surtout sur les mains car ce sont les plus piquees, ce n est pas la joie. En plus poisseux et trop chaud... on fait facilement mieux.

Au petit matin il y en avait toujours plein entre les deux couches de la tente, et contrairement a d habitude, j ai eu beau attendre qu il fasse bien soleil et chaud jusqu a 7h du matin, ils se sont rues de nouveau sur moi lors du demontage du camp. J ai fait le plus vite possible et j ai file fissa a la gare pour y casser une graine. Meme la-bas il y avait des affreux moustiques, alors qu en general le goudron-beton ils n aiment pas...

 

Une petite photo ou on voit ces horribles bestioles chez moi, dans MA tente.

Tempete a bicyclette

Pause dans le premier, et seul, michi no eki rencontre a l occasion du cassage de croute de 10h, puis grimpette jusqu au lac d Onuma, ou je suis reste des heures a farnienter dans le parc tres touristique qui le borde.

Tempete a bicyclette
Tempete a bicyclette

Et pour finir la journee rapide car raide descente vers Hakodate suivie d une loooonngue traversee de sa vaaaasste banlieue moche et ininteressante, comme de partout a Hokkaido.

Je profite de l occasion pour reagir au commentaire de Florence. Ici il n y a pas de vieux batiments, ca n existe pas. Ce sont de vraies daubes qui tombent rapidement en ruine, et de toutes les facons Hokkaido est actuellement peuplee de nippons envoyes ssur l ile massivement apres le debut de l ere Meiji, a la fin du XIXeme siecle. Du coup les ainous et leurs cahutes en bois et paille se sont faits tres rares. Un peu comme ce qu il se passe au Tibet ou au Sahara Occidental actuellement. Ou comme aux Etats-Unis egalement au XIXeme. De ce fait un vieux batiment ici a quelques dizaines d annees. Les tres vieux environ cent ans.

 

Quant a la proprete, c est tres biaise en fait, car je ne montre que les endroits qui ont un  interet, et qui du coup sont nettoyes. Car en fait ils sont assez sales cote detritus plastiques, et le sachant un fric fou est depense pour que des gens nettoyent regulierement les places jolies et qu ils veulent propres. La faute a l absence de poubelle ! C est une chose rare ici, les poubelles. Il y en a souvent devant les konbinis, et sinon le reste du temps en trouver est exceptionnel. En revanche on voit partout des panneaux disant qu il faut ramener ces dechets chez soi. Ben quand tu es touristes et qu il n y a de poubelle ni dans les endroits que tu visites ni dans les campings ou tu dors, tu fais comment ??? Tu balances par la fenetre de la voiture quand personne n est la pour te voir ! (tres important le "quand personne n est la pour te voir", car dans les lieux frequentes comme il est interdit de jeter ses dechets ils se tiennent a carreau). Et du coup les parkings au bord des routes sont jonches de sacs plastiques et de bouteilles plastiques ou de canettes de cafe ou de biere (ils en boivent des quantites astronomiques chaque jour, un truc de dingue !). De meme leurs bords de route sont bien plus parsemes de dechets qu en France. J avais d ailleurs hesiter a prende une photo de tous ces cadavres de bouteilles et cannettes.

 

Bon, me voila maintenant a Hakodate, "vieux" port tout au sud de Hokkaido, d ou je vais prendre un ferry dans deux ou trois jours pour aller a Oma, tout au nord d Honshu.

J ai passe la nuit precedente dans un cyber (ah une vraie douche !! pas une baignade dans la mer, quel pied !).

Maintenant je suis de nouveau dans un cyber mais je vais le quitter bientot et aller dormir dans le parc de la forteresse en etoile, le Goryokaku, celebre fort construit dans les annees 1850.

La ville est aussi connue pour ces batiments de style europeen construits a la fin du XIX siecle et au debut du XX, mais en ce qui me concerne ca ne me fait ni chaud ni froid ; cette ville n a pas beaucoup d interet je trouve.

 

Bonus de la journee, une photo qui montre comment ils font ici quand ils veulent avoir une belle pelouse rapidement.

Tempete a bicyclette

Sur ce, a une prochaine !

Repost0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 19:53

Gaston avait sa Gaffomobile, toujours a deux doigts de lui faire des miseres (quand elle n est pas en rade...), et bien moi j ai Gaston, ma Gaffocyclette toujours prete... a me faire des miseres ! Voyons voir ca en details, en commencant par quelques photos de la chose incriminee. Pas toutes prises au meme moment, on peut constater quelques changements car Gaston est tres evolutif, fonction de ma flemme, de mon organisation et du temps du matin aussi.

L aventure en Gaffocyclette
L aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette
L aventure en GaffocycletteL aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette

 

Je vais vous parler, vous le pressentez tres fort, des mes premiers jours a dos de Gaffocyclette. Ca a commence le 28 aout, tres tres fort (achat de Gaston le 27, vous vous souvenez ?).

Apres mon article au manga cafe, direction l autre bout de la ville pour acheter un casque qui ne coute pas le prix du velo. Echec, ici le moins cher des casques coute 6000 Yen ! Soit environ 45 euros, trois fois le moins cher de chez nous environ ! Ouch, et pan dans les dents !!!

Et en fait non, j ai esquive le direct en fuyant prestement la boutique en donnant comme seule explication : " takai !!! " (takai = cher). Donc, pas de casque. Ce n est pas tres grave parce qu ils font tres attention aux cyclistes et aux pietons ici, et qu ils ne roulent pas tres vite. Fort heureusement parce qu a cote de ca ce sont de vrais manches pour la conduiteje trouve.

 

Tout de suite, la carte avant que je n oublie. Les points signalent les endroits ou j ai dormi, les symboles indiquent le moyen de transport utilise entre deux traits.

L aventure en Gaffocyclette

 

Apres ca je me suis mis sur la route qui mene a Furano, voir la carte pour avoir une idee de ce que ca represente (Furano est un peu au nord du premier point en-dessous de l endroit en plein milieu ou j ai fait une boucle a pied, limpide comme explication non ?), avec un panneau indiquant 60 bornes. Et moi je vise, avec seulement une apres-midi de disponible, le michi no eki bien trente kilometres au sud...

Bon, pour feter ca j ai illico fait une pause pour manger dans un petit parc, ou une femme avec le moral dans les chaussettes s est divertie en me faisant un brin de conversation et en filant m acheter plein de choses a manger. Et ensuite, bon, ben, fallais y aller quoi. Alors, tatam, a deux heures petantes, le grand nouveau depart !! Je suis parti en ayant arrime mon sac a dos sur le porte-bagage arriere avec deux tandeurs et le gros sacs plastiques de bouffe sur le petit porte-bagage avant avec un seul tandeur. Il m a fallu quelques jours avant de prendre la main et y arriver sans maugreer.

 

Il faisait grans beau, malgre la fatigue de mes muscles le changement de type d effort me faisait me sentir en pleine forme, j avais le moral a bloc, alors j ai avance d un bon coup de pedale en me payant le luxe de chanter du Boby (non, pas du Bob, bien du Boby) quand ca ne montait pas. Parce que pas tres cool pour mon premier jour, alors que je voulais recuperer des mes journees de barbares dans les montagnes, je me suis tape deux petits cols. Rien de bien serieux, j ai cartonne quand meme, mais pour la recup', tintin.

Apres 75 km dans les pattes, la peche etait un peu partie, et surtout, surtout, j avais incroyablement mal au derche. La faute a la selle, dont j avais parie en la voyant qu elle serait douloureuse... mmouais... bon jugement, chouette, c etait vraiment tres reconfortant de se dire que j ai l oeil pour ce genre de chose tandis que je ne pouvais quasiment plus poser le seant sur la selle pour les derniers kilometres...

Et alors, je me suis dit : ou vais-je bien pouvoir dormir (le michi no eki a encore 30 bornes d apres des loustiques au bord de la route, ce sentait le sapin comme plan). Coup de bol, j ai demande juste au bon moment au bon endroit et on m a indique un endroit ou je pouvais planter la tente (et non un camping, differnece importante) a 4 ou 5 km plus loin, la-bas en montant. J avais la dalle, j etais claque, c etait raide, ils ont etaient tres looooongs ces derniers kilometres...

Et enfin je suis arrive, ouuuffff ! Lieu paradisiaque, tres vaste et en belle pelouse, avec toilettes et emplacement pour faire la cuisine, et aucune indiation de payer quoique ce soit> Vraiment super bath comme place ! Je me suis demande a posteri s il n y avait pas quelque part un endroit auquel j aurai du aller me signaler et payer, car je n ai rien vu, certes, mais c etait tres grand comme "camping", alors peut-etre que quelque part... Enfin en meme temps il y a de temps en temps des campings gratuits.

Bon, enfin, je me suis installe, j ai soupe en compagnie d un israelien (encore un ! ) qui est ingenieur au sujet de la realisation d un satellite (c est vague mais c est mieux que rien, je ne sais meme pas son nom par exemple), et surtout que j avais deja apercu au depart de l Asahi-dake. On grimpe les memes montagnes il semblerait, sauf que lui a quelques semaines de vacances seulement, alors il prend le train regulierement.

L aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette

 

Je suis reste un jour a ne rien faire au meme endroit car vraiment j avais les jambes et le posterieur en marmelade, et le lieu s y pretait bien. Le temps etait au grand beau fixe, ca a ete mon seul jour au Japon sans voir un seul nuage (sur la photo les nuages ce n est pas le jour dont je parle).

 

Le lendemain, meme refrain, mal au popotin. Mais j ai fait fait court pour aller au fameux michi no eki convoite en m arretant au bord d un lac de barrage pour y piquer une tete, ca m a fait un de ces biens ! Journee reussie, car peu d effort et une bonne baignade.

 

Allez, je vous mets le lieu de ce grand moment qui fut ma baignade, historique, non ?? Hhhmmm, je sens que vous avez un doute.

Et comme ca ne fait qu une photo je rajoute un petit copain a qui j ai sauve la vie en l envoyant dans les arbres en contrebas ; il hesitait du mauvais cote de la route, un coup a se faire ecrabouiller.

Et aussi une photo d un des nombreux meetings qui se tiennent a Hokkaido et dont on n entend jamais parler, et qui sont pourtant parfois tres tres impressionnant, encore plus que sur la photo.

 

L aventure en Gaffocyclette
L aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette

J oubliais une vue de ma vue de la soiree depuis le seuil de ma masure, avec egalement un petit coucher de soleil pas mal du tout.

L aventure en Gaffocyclette
L aventure en Gaffocyclette

 

Le jour d apres, beaucoup moins drole et plaisant. Tres longue journee vu l etat de mes forces encore precaires (moi sans jour de repos j ai du mal a recuperer, rien a faire sur ce point, mais je pense quand meme que dans les memes conditions tout le monde aurait du mal a se refaire une sante), et je me suis tapee 120 bornes en commencant par un col moins ridicule que ceux d avant et avec fort vent dans le pif a la fin - le meme jour a midi je me rejouissais de n avoir pas eu encore de vent... - et je me suis donc arrete un peu n importe ou dans le petit parc d un petit village. Il y avait un carre de pelouse, un point d eau et des chiottes, pour moi, vu mon etat, c etait le paradis. Je visais le michi no eki de Nakasatsunai, et je me suis arrete a environ 20 km. A ce propos, toutes les donnees sont apporximatives puisque j ai une carte peu precise et pas de compteur.

 

Voila juste une photo qui montre le panneau qui indique le col (priere de me croire pour les non-nippophones), et c est tout, car quand je suis naze je ne pense pas a prendre des photos. De toutes les facons je crois qu il n y avait rien a prendre en photo ce jour-la.

 

L aventure en Gaffocyclette

Le lendemain moins de kilometres pour reposer les muscles endoloris et mon derriere toujours fort meurtri, ca s est mieux passe. J ai fait des pauses dans des coins agreables, toujours par un temps radieux, et j ai trouve un parc tres hospitalier pour passer la nuit.

Rien de special a signaler alors juste des images de mon souper et du coin de pieute.

 

Au sujet du temps, la malediction est bien liee aux montagnes puisque quand je n y vais pas j ai grand beau temps. Pendant toute la premiere semaine je n ai pas eu une goutte et j ai bien roti (ca a un peu change apres, mais je le garde pour l article d apres). Imaginez une journee entiere, moins les pauses tout de meme, a pedaler sous un cagnard qui correspond a ce qu on trouve dans l extreme sud de la France ou au nord de l Espagne... ca fait mal hein ;) ?

L aventure en GaffocycletteL aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette

 

Ensuite, et bien bizarrement j allais beaucoup mieux et j ai pu aller au misaki, cap en francais, tout a l est et le depasser pour arriver dans une petite ville. Debut avec vent de face, le meme que le jour d avant, mais au bout de deux ou trois heures je suis arrive le long de la cote et la j avais le vent dans le dos ! J ai traverse le desert du Japon, presque personne, que des petits villages de pecheurs sans meme un konbini. Ahurissant. Il y en a partout d habitude et la pas un pendant des dizaines de kilometres. Meme a Erimo, ou j ai atteri en fin de journee, j ai fait les courses dans un supermarche, le moins cher que j ai trouve jusqu a present d ailleurs.

En revanche j ai vu un coin repute pour le surf, ou il y avait plein de gugusses sur des planches a jouer les equilibristes bien mieux que moi a Dakar.

Et un jinja-golf, c est-a-dire un petit temple shinto dont les abords servaient a jouer au golf, mix fort etrange.

 

Pour changer cette nuit-la j ai dormi sur du beton, bien planque a l abri sur une estrade. Les photos suffiront a expliquer la situation.

 

Les autres photos me montrent sur le velo, il y a aussi une vue depuis le poste de pilotage de la gaffocyclette, un mini-tunnel parmi tant d autres dont je me demande bien a quoi ils servent a chaque fois et le cap, j allais pas l oublier celui-la, ca ne ferait pas serieux de zapper un element aussi important de mon parcours^^.

 

 

L aventure en GaffocycletteL aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette
L aventure en GaffocycletteL aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette
L aventure en GaffocycletteL aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette

Le lendemain matin, j ai roule dans une grande zone de peche... ou ils pechent des algues ! Et ensuite les vieux et les femmes s occupent de les faire secher sur les gravier, ce qui fait que tous les endroits plats sont amenages a cet effet.

A part ca, journee en bord de mer, durant laquelle j ai fait un plouf a poil sur une plage (non loin de la route mais tanpis), ca a fait descendre le thermometre interne c etait genial.

J etais dans le district de Hidaka, repute pour ces chevaux (ca vous rappelle quelque chose ?), et du coup il y avait soit des ranchs soit des ports et les infrastructures liees a ceux-ci.

 

J ai atteri dans un michi no eki pourri avec rien pour planter la tente autour, alors j ai dormi dans le parc pas loin, C est tres commode les parcs, il y en a dans toutes les villes et j en trouve toujours des avec de l eau. Parce que des fois ils sont abandonnes et donc il y a le point d eau, mais en ruine et a sec. Il y a beaucoup d infrastructures touristiques a l abandon ici, des parcs, des grands parkings manges par les herbes et les arbustes, des restaurants ou hotels en ruine... Il semblerait qu a un moment ils aient anticipe une affluence touristique qui n a jamais eu lieu.

 

Il y a une photo de la cote depuis un petit sommet que j ai gravi le temps d un arret pour me soulager le posterieur qui souffrait toujours autant.

L aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette
L aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette
L aventure en GaffocycletteL aventure en GaffocycletteL aventure en Gaffocyclette

Et voila, au total ca fait une semaine durant laquelle mon cul a souffert le martyre et le reste a roti sous un magnifique mais parfois un peu dur soleil.

 

Ce changement de facon de voyager me convient, ca va, je ne vais pas vendre Gaston tout de suite a cause de mes fesses qui protestent chaque fois que je l enfourche. Je regrette cependant un peu le pouce car c etait un bon moyen de rencontrer et de discuter avec les gens. A velo ce n est pas pareil du tout, je suis independant et les rencontres sont plus erratiques et courtes. Par exemple je n ai pas adresse la parole a qui que ce soit pendant trois jours complets, apres avoir dit bonne nuit a l israelien ingenieur-satellite. Ca fait long.

Le bon cote est que je peux vraiment faire ce que je veux en guise de parcours, pas comme a pied ou je passais pas mal de temps a chercher, pour des clopinettes car je me battais contre des moulins en fait, des moyens d eviter les routes et d aller au plus court chemin. De plus les distances entre les villes et les routes se pretent bien a la baroude a velo je trouve.

 

En conseil pour les lecteurs qui veulent aller visiter Hokkaido, d apres moi c est ideal a bicyclette, et nul et difficile a pied. D ailleurs d assez nombreux japonais viennent y faire du velo, ern voyageant mi en bicyclette mi en train (ah ces faineants).

 

Le reste de mon parcours jusqu a Hakodate, d ou j ecris ces lignes, dans l artcile a paraitre demain.

 

また!

Repost0
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 00:39

Salut !

 

Toujours a Asahikawa, mais plus pour bien longtemps cette fois. Je n ai pas dormi dans le cyber cette fois, mais dans un parc de le ville avec ma nouvelle tente !!!

Car ca y est, j ai pu faire mes courses, et comme vous allez le constater, j ai fait chauffer la carte.

 

Comme je fais de temps en temps, mes affaires ont passe un casting severe hier et donc le sac a ete transforme.

Pour commencer, j ai change de tente, comme annonce prededemment. Et au passage, j ai aussi acheter un nouveau duvet, un nouveau tapis de sol, une nouvelle gourde, et une surprise que je garde pour la suite de l article.

 

La tente.

Je suis passe de ma vieille Laser tent 2P (soit-disant) de Terra Nova a une Obi 1P de Nemo. Le poids est quasiment le meme, mais elle est autoportante, donc je peux la monter sans planter de sardines, et surtout elle ne prendra pas l eau par le fond. De plus le vent fera moins de boucan avec la nouvelle, et il y a moins de condensation, meme si ca reste mouille, mais la c est un probleme de pays...

Autre gros atout, elle est un peu plus haute et je peux me tenir assis dedans sans toucher la toile. Et enfin, elle est tres compact une fois rangee, avec la structure dans un paquet a part que j accroche en dehors du sac et le reste dans le sac a dos. Genial comme gain de place, et finis les temps ou je m accrochais sans cesse aux branches a cause de la tente !

En revanche elle est un peu moins spacieuse, ce qui ne m a pas gene cette nuit, et isole moins bien du froid, mais la difference est faible.

 

J envoie directement quelques photos pour que vous vous habituiez a la nouvelle bobine de ma maison, finie l espece de boudin vert !

Asahikawa, tournant majeur dans mon exploration de l archipel nippon
Asahikawa, tournant majeur dans mon exploration de l archipel nipponAsahikawa, tournant majeur dans mon exploration de l archipel nippon

Dans les autres changements, il y a le sac de couchage.

J ai craque et j ai achete un bon duvet, leger avec du duvet de qualite, a peu pres ce que je voulais faire, sauf que celui-ci est moins garni et donc moins chaud.

C est un Isuka Air 280X, 550g pour 280g de duvet, temperature entre 10C et 5C je pense. plus leger que ce que j avais, plus chaud, et plus compact, ca a tout bon !

Le point faible, que je ne connaissais pas a moment de l acheter, et qu il n y a pas de rabat le long du zip ! Bonjour le pont thermique que ca me fait.

Asahikawa, tournant majeur dans mon exploration de l archipel nipponAsahikawa, tournant majeur dans mon exploration de l archipel nippon

Ensuite, le tapis de sol. La, c est vraiment la compacite qui a guide mon choix. Et aussi un peu le confort. J ai pris un gonflable, Nemo Astro Air Lite 20R (pff, tu parles d un nom a rallonge), qui pese 250g plus lourd !! que ce que j avais, mais qui prend tres peu de place et que donc je peux egalement mettre dans le sac a dos.

 

Pour la gourde, j ai pris un truc plastique qui prend pas de place dans le sac, 1L comme ma gourde Quechua.

 

J ai envoye presque toutes les anciennes affaires par la poste direction Saint Jorioz, en ferry. Il m a fallu passer a un supermarche recupere un carton pour faire le colis, et ensuite preparer le colis a la gare, je me suis un peu etale...

Asahikawa, tournant majeur dans mon exploration de l archipel nippon

Dans le colis j ai mis :

  • tente
  • tongues
  • livre
  • gourde
  • clochette anti-ours (souvenir du Rausu-dake)
  • radio-reveil-lampe (souvenir du vieux samourai)
  • le sac de couchage et le pied d elephant

 

Le tapis de sol ne rentrait pas, evidemment, donc je l ai laisse a la gare en compagnie du parapluie pour qu il ne s ennuye pas.

 

J ai bien gagne poids grace a tout ca, ce qui fait que le sac est non seulement plus compact mais aussi plus leger, c est super bath !

 

Envoyer le colis m a pris presque une heure car je suis tombe sur une nana du meme genre que celle qui m avait fait ma residence card a Hidaka. C etait loooong, et pour rien ce qui rendait la chose un tantinet brise-b*****. Elle a verifie mille fois que je n envoyais rien de dangereux, et pour le livre ca a ete le pire, je ne sais toujours pas quel etait le probleme d ailleurs. Elle m a demande si je l avais achete en France, j ai dit oui, et apres... ben je ne sais pas, elle a barguigne cent sept ans pour des clopinettes.

Apres l episode livre, le papelard pour decrire ce qu il y avait dans le colis. En Espagne ou en France, c est fait un trois minutes, la il fallait etre precis, mettre tous les articles, avec le poids et le prix. Comme je ne connaissais ni l un ni l autre pour toutes mes affaires et que j ai vite compris que pour elle c etait tres important de tout remplir (ce que je n ai fait ni en France, ni en Espagne, ni au Maroc et tout c est toujours bien passe), et que moi je m en tamponnait le coquillard avec des tibias de langouste, j ai mis des trucs un peu au pif, en respectant les ordres de grandeur tout de meme.

Et apres, yaahooouuuu, finiiiii !!!!.

 

Je suis sorti tout guilleret car je suis maintenant en mode leger, et rapide. En effet  j ai aussi achete un  velo !!! Tadam le voila le gros changement !

En effet le reproche que je fais d habitude au voyage en bicyclette est qu on doit toujours garder un oeil dessus, et que donc les virees en ville ou en montagne a pied, tres important pour moi, sont delicates a gerer. Mais en fait la je suis dans le pays le plus sur du monde !! Alors quand j ai realise ca je me suis dit qu il ne fallait pas que je rate l occasion. Et puis il faut dire aussi qu ici il n y a pas moyen de marcher pour voyager comnme en France sur nos Gr, c est soit des chemins pourris en montagne (qui ne communiquent pas de toutes les manieres, ils obligent a rester dans un meme secteur), soit de la route. Je n aime pas trop marcher sur les routes dans les agglos, et mon corps n aime pas du tout et a tout le temps mal partout quand je marche sur du bitume bien dur, bien plat, bien monotone, donc la balance a vite penchee pour la bicyclette une fois que le clic a eu lieu.

 

Subsequemment, je vous presente mon nouveau compagnon de route, que j ai nomme Gaston :

Gaston, le plus beau et special velo du Japom

Gaston, le plus beau et special velo du Japom

Bon, c est pas recent, et ce n est pas le top de l ancien, mais ca va le faire. C est tres dur de trouver des velos de ce type d occasion, et meme pas d occasion aussi d ailleurs, ici c est le pays des mama-charis, ces velos type hollandais qu ils utilisent avec la selle trop basse... En fait c est le seul qu il y avait dans la boutique de vente de velo d occasion (soit beaucoup de velos neufs et quelques trucs d occas). Et meme ils sont alles le chercher au garage pour velo qui est a cote, qui ne fait que de la reparation normalement.

 

Ca faisait une heure qu on palabrait quand un gars de la boutique est revenu avec, et quand je l ai vu j ai tout de suite eu un coup de coeur. Je me suis dit que c etait exactement ce que je cherchais. Garde-boue, 12 vitesses, porte-bagages, lampe a dynamo a l avant... le top. Mais il y avait un gros hic, c est une taille japonaise !!! Par consequent beaucoup trop petit pour moi.

 

Resultat, les gars de la boutique se sont relayes pour modifier le velo, en suivant mes conseils car ca sortait de l ordinnaire, et donc ils etaient un peu paumes. D abord changer le tube de selle car il etait trop court a la base, mais des qu il en a amene un autre plus long je lui ai fait remarque que ce n etait pas le bon diametre (sur les vieilles becanes c est plus petit, ca c est partout dans le monde), et donc rebelotte a chercher de partout pour trouver ce qu il faut. Et il a trouve ! Ouf.

Je reessaye le velo, je regle la hauteur de la selle et ca, c est fait. Suivant ! La chose suivant, et bien c etait de regler le probleme qui est que ce velo, bien que ca soit la plus grande taille japonaise, est toujours trop petit pour moi, rien a faire. Je parle du cadre, la distance entre la selle et le guidon est de 50cm, or pour moi il faut au minimum 56cm ! En plus de cela, maintenant que la selle etait tres surelevee par rapport au cadre en etant dessus j avais l impression de piquer une tete, mais sans piscine et sur un velo.

Alors je leur ai demande de tourner le guidon vers le haut, pour que je puisse etre pas trop mal installe. C etait la premiere fois qu ils entendaient parler de ca, et a ce moment tous les gars de la boutique sont venus voir le drole de resultat que ca donnait, tres intrigues et amuses. Ca, c etait fait aussi. Alors que je pensais que c etait bon, je me suis rendu compte que les attaches des freins sur le guidon, en plastique, etaient en train de se fissurer. Alors il a fallu changer de guidon... au total j y ai passe l apres-midi. Pas trop un probleme que ca a dure car je n avais rien d autres a faire et je n avais plus de sous. Comme le distributeur du Lawson (une marque de konbini) d a cote n acceptait pas ma carte (normalement VISA c est bon  mais pour moi ca n a pas fonctionne), j ai du alle a un 7 eleven (autre marque de konbini) plus loin, ce qui m a un peu occupe.

 Et enfin, c etait tout bon. J ai paye, je leur ai pris des rustines et un tendeur, et c etait parti mon kiki !!

Le vendeur qui s est le plus occupe de moi

Le vendeur qui s est le plus occupe de moi

J ai achete une pompe et d autres tendeurs a une 100 Yen shop (dire hyaku en shop, ca veut dire que tous les articles vendus dedans sont a 108 Yen, car 8% de taxe), de la daube probablement, et ensuite direction le parc pour manger et dormir.

 

Tres bonne nuit sur mon nouveau tapis de sol hyper epais, genial pour me mettre en forme pour cette premiere journee a velo. Je vais aller au sud, a Furano, en esperant qu il n y aura pas de col car bien que cette fois je n ai aucune douleur, j ai les jambes flagadas de ma grande rando dans le Daisetsuzan.

 

La prochaine fois a Hakodate je pense, tout au sud d Hokkaido, car c est le prochain endroit avec manga cafes de programme. Je mettrais alors une carte d Hokkaido avec mon trajet dessus pour vous donner une idee de ce que j y ai fait.

 

また、ね。

J ai achete une pompe et d autres tendeurs a une 100Yen shop (dire yakouen shop, ca veut dire que tous les articles vendus dedans sont a 108 Yen, car 8% de taxe), de la daube probablement, et ensuite direction le parc pour manger et dormir.

 

Tres bonne nuit sur mon nouveau tapis de sol hyper epais, genial pour me mettre en forme pour cette premiere journee a velo. Je vais aller au sud, a Furano, en esperant que\ il n y aura pas de col car bien que cette fois je nai aucune douleur, j ai les jambes flagadas de ma grande rando dans le Daisetsuzan.

Repost0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 18:06

Et c est reparti, encore de l ascension, de malade.

Tout ca pour, comme d habitude, une magnifique vue dans le brouillard au sommet...

 

Bon, reprenons dans l ordre.

Je suis alle en bus a Asahi-dake-onsen, soit l endroit ou il y a plein d onsen pour touristes et qui surtout sert de depart pour monter au sommet de l Asahi-dake. Il y a meme un telepherique qui permet a la foule de faineants inexperimentes qui vient d aller au sommet en ne montant que la moitie de la denivelee.

Le bus n etait pas cher et franchement vu la taille de l agglo, j aurai du marcher pendant des heures avant d etre pris en stop, et il a le bon gout de partir de la gare, qui me sert de base. Retour presque idem, on verra ca plus tard.

 

Une fois au camping, cher = 500 Yen, j ai vite monte la tente et pionce car je devais recuperer de ma nuit blanche au cyber. Les deux jours qui ont suivis je n ai pas fait grand chose car il est tombe des trombes assez regulierement. Le dimanche soir ca a ete le deluge, pluie forte et pendant tres longtemps, comme je n avais jamais vu auparavant.

Le gars qui tient la caisse du camping non plus apparamment, quand je suis sorti de ma tente le lundi matin, il se grattait la tete en regardant la tranchee que l eau avait faite dans les emplacements pour tentes, qui sont en sable faut dire ! En me voyant il a remis sa casquette (comme dans les sketchs, hilarant) et m a demande en anglais "what should I do", du genre c etait la premiere fois que ca arrivait, malgre le typhon d il y a pas longtemps, et il etait bien perplexe quant a quoi faire pour remettre le terrain en etat. Et tres soucieux surtout, un camping dans cet etat ca fait tache au Japon, le pays du "tout-est-nieckel-tout-le-temps-meme-ce-qui-ne-sert-a-rien".

Moi j avaios pris soin d etre dans une zone legerement en butte, et j ai meme fait de ptites rigoles.

 

Je mets la carte tout de suitye, pour qu ensuite ca soit possible de comprendre de quoi je parle.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

Entre deux averses j ai quand meme fait chaque jour un petit tour dans la foret avoisinante, c etait pas mal. Je suis aussi et surtout alle au visitor center pour y glaner des informations, et la femme a fait du zele car comme je n ai pas achete de carte elle m a imprime ce qu il fallait en format A3 puis m a donne une pochette plastique pour les proteger.

 

Depart lundi a 9h30, sans presse. Normalement le temps devait etre beau pour les trois ou quatre prochains jours, avec ce que ca vaut dans les montagnes nippones...

Je n ai pas pris le telepherique et donc la grimpette representait 1190m de denivelee, moitie moins avec l aide mecanique. La premiere moitie, j etais sur un chemin tres peu entretenu et peu frequente, transforme en riviere par la pluie de la veille.

Entre deux averses j ai quand meme fait chaque jour un petit tour dans la foret avoisinante, c etait pas mal. Je suis aussi et surtout alle au visitor center pour y glaner des informations, et la femme a fait du zele car comme je n ai pas achete de carte elle m a imprime ce qu il fallait en format A3 puis m a donne une pochette plastique pour les proteger.

 

Depart lundi a 9h30, sans presse. Je n ai pas pris le telepherique et donc la grimpette represente 1190m de denivelee, moitie moins avec l aide mecanique. La premiere moitie, j etais sur un chemin tres peu entretenu et peu frequente, transforme en riviere par la pluie de la veille.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

Au moins c etait large et j ai pu trace sans probleme. Je suis arrive a la fin du telepherique, et je me suis alors trouve dans le brouillard et la foule de badauds qui voulait monter au sommet. Chemin enoooorme, une autoroute, bordee par des piquets et de la corde tout du long.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

Au sommet court arret pour seulement prendre une photo : il y avait une vue splendide !!

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

Ca sentait le souffre et par consequent je suis alle pique-niquer plus loin.

 

Ensuite, rien de special, j etais en montagne. Et en fait c est ca qui etait special, je me sentais en montagne ! Quand je suis sorti du brouillard j avais de la vue, je n etais pas coince entre des pins ou des cannes.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

J ai fait un crochet-aller-retour a un autre sommet, le Hakuun-dake, repute pour la vue il parait. J ai eu du brouillard alors...

 

Ensuite je me suis rendu a un emplacement ou je pouvais planter la tente, j ai cuisine mes ramens et hop dodo.

Nuit atroce, affreuse, execrable, il y avait beaucoup de vent qui faisait battre ma tente qui n aime pas le vent (elle a beaucoup de choses contre elle decidement) et je me caillais (au moment du depart le thermometre indiquait 0, et avec le fort vent en plus c etait encore pire en ressenti) alors que j etais en configuration la plus chaude. Je n ai pas ferme l oeil de la nuit, et je me suis rejoui d avance de changer de tente. J ai aussi amerement regrette de ne pas avoir mon duvet en plume, celui que je n ai pas fini, car j ai ete trop optimiste sur mon estimation de ce que je peux supporter. Il va donc falloir que je change aussi de sac de couchage, un leger en plume, ca ira bien avec ma nouvelle tente censee etre plus eche que l actuelle.

 

Le lendemain je suis parti tres tot, excede par ma nuit et avec la ferme intention de finir ce que je devais faire en trois jours en un seul, en chintant un sommet a la fin. Une fois la tente pliee je me suis fait harponner par un gus qui voulait 300 Yen. J ai mis un peu du temps a comprendre qu il fallait que je paye pour avoir plante ma tente en montagne !! Dingue c est japonais, ils ont invente le racket d altitude. Parce que vraiment il n y a aucun service en echange, meme pas d eau potable, il faut faire bouillir sa flotte, ou mettre des pilules dedans.

Bon, enfin, j ai paye, et je me suis barre, avec l onglet aux doigts et aux orteils.

 

Lever de soleil, c etait beau.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

S en est suivi une partie de cache-cache avec les nuages, et donc progression tantot dans le brouillard, tantot au soleil.

 

A des moments c etait tres gadouillasseux, et ca me ralentissauit car je faisais ce que je pouvais pour ne pas en avoir plein les chaussures.

 

Et la, juste apres, je me suis retrouve sur des planches, sur des kilometres !! Non mais quel f****** de g***** !! Car il n y avait plus d eau maintenant, et donc la  ou c est sec c est sureleve... ah, mais oui, c est pour qu on reste sur le chemin et qu on n abime pas la montagne. Ils sont vraiment tares a ce propos et donc ca ne m etonnerait meme pas que ca soit ca.

C est a cet instant que j ai compris pourquoi il n y a pas de berger au Japon. Ils ont tous ete brules en tant qu heretiques. Ben oui, logique, ils marchaient dans la nature ! Et avec des betes en plus, horreeuuuuur !! Brulez moi ca !

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

Vous avez bien vu, j ai ete a un sommet sans brouillard !! Un petit, mais quand meme, ca se fete tellement c est rare.

 

J ai, pour finir mon periple, entame la longue descente vers Tenninkyo juste apres ce sommet ensoleille ou je me suis restaure. Ici pas de pain-qui-rit, mais pain de mie avec du chocolat ou de la confiture, deux fois par jours... au moins je mange un peu de fruit comme ca.

Le debut, ca allait, mais ensuite, la galere, comme souvent sur les chemins peu frequentes.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

C etait tellement fou que j ai meme pense a faire des videos pour bien me souvenir de ce que c etait.

 

Plus loin dans l descente il y avait un point de vue pour voir la plus haute cascade d Hokkaido. Au lieu d etre exploite touristiquement cet endroit est laisse a l abandon, et le sentier qui allait a la cascade n existe plus. C est dommage car les gorges etaient magnifiques j ai trouve.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo

Au final, je suis arrive a 16h a l arret de bus, c est-a-diure que j ai encore marche 8 bornes sur les route depuis l arrivee du chemin.

 

Et dire que d apres tout le monde c etait impossible... Bon, d accord, apres ca j etais bien fatigue, et heureusement que j avais eu deux jours de repos force pour etre bien en forme, mais quand meme, les indications des japonais en matiere de montgane laissent a desirer. De meme que leurs cartes et leurs chemins... en fait tout ce qui touche a la montagne est mal gere A Hokkaido je trouve ; c est un peuple tourne vers la mer et franchement ca se sent.

 

A propos de fatigue et de bob, je n ai rien eu tout le long, et a la fin, apres 3 km sur le bitume, debut de mal aux pieds et aux aducteurs,. Grrr, je ne suis vraiment pas fait pour marcher sur la route. A vrai dire aucun homme a la base n est fait pour marcher dessus, puisque ca n existait pas il n y a encore pas longtemps, mais j ai l impression d y etre tres sensible.

 

Je vous quitte sur ce, non sans vous laisser une petite photo (enfin, une... quand on aime on ne compte pas^^) de mes bebetes favorites.

L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
L ascension de l Asahi-dake, puis la boucle jusqu a Tenninkyo
Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 22:02

Cet album va de paire avec le billet qui va d Utoro a Abashiri, plus le billet d apres.

De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
De Utoro a Omu
Repost0

Présentation

  • : Un aventurier solitaire, roi de la terre
  • Un aventurier solitaire, roi de la terre
  • : Ce blog a pour but de narrer mes pérégrinations sur la planète bleue. Après l'étape en Afrique à pied et en stop, celle au Japon en stop et en vélo et les nombreuses en France tous moyens confondus, c'est au tour du Kirghizistan !
  • Contact

Profil

  • Hanaouji
  • Une fois diplômé fin 2011 en gestion de l'énergie par l'ENSE3, école d'ingénieur à Grenoble, je me suis tourné vers le voyage.

Je privilégie la marche, moyen le plus efficace pour découvrir les pays parcourus selon moi, mais j'utilise parfois d'autres moyens de transport comme le vélo ou le stop.
  • Une fois diplômé fin 2011 en gestion de l'énergie par l'ENSE3, école d'ingénieur à Grenoble, je me suis tourné vers le voyage. Je privilégie la marche, moyen le plus efficace pour découvrir les pays parcourus selon moi, mais j'utilise parfois d'autres moyens de transport comme le vélo ou le stop.

Recherche

Archives

C'est Par Ici Pour Les Derniers Articles :

  • Un mois a Iriomote-jima, une ile paradisiaque au large de Taiwan
    Comme je disais la derniere fois, apres Fukuoka je me suis rendu a Iriomote-jima (jima derive de shima qui veut dire ile en japonais). J y suis reste un mois et ca a ete trop court tellement j etais bien la-bas !! Pour ceux qui veulent des informations...
  • Yakushima et la fin du voyage au Japon a deux
    La derniere fois nous etions alles jusqu a Kumamoto. Me voila maintenant tout seul a Iriomote-jima. Mais reprenons dans l ordre. Apres Kumamoto nous sommes alles a Kagoshima pour prendre le ferry le moins cher pour Yakushima, avec un arret en route pour...
  • À l'ouest, du nouveau: temples à gogo à partir de Kyoto
    Le voyage continue, tout se passe toujours aussi bien ! Nous voilà maintenant dans la partie sud ouest des îles principales de l'archipel nippon et on a pu noter des petites différences. Pour ce qui est du stop, les gens nous ignorent plus que dans le...
  • Retour vers le Japon, épisode 3
    Youkoso ! Vous êtes au bon endroit pour suivre une nouvelle épopée nippone de votre chemineau favori (ou pas, je ne vous en voudrai pas). Cette fois je voyage avec une petite soeur, après avoir testé la chose deux petits mois en Europe de l'est, à Istanbul...
  • Mon matos entre dans l'ère de la plume !
    Petit article pour présenter rapidement quelques unes de mes dernières réalisations afin de voyager ultra-léger tout en ne sacrifiant pas trop mon petit confort. Le gros changement est que je me fais désormais l'isolation pour les doudounes, pieds d'éléphant,...
  • Taïwan, suite et fin
    Je suis tranquillement (à défaut de confortablement) installé dans une chambre surpeuplée à Tokyo pour rédiger un petit (ou pas, à voir) billet à propos de mon séjour à Taïwan. Pour les plus pressés, les photos sont toutes à la fin. Quand je dis chambre...
  • Escapade dans le nord de Taïwan
    Ou le paradis des tours touristiques ! J'en ai vu un paquet là-bas, des cohortes de chinois ! À la pelle y en avaient, incroyable... Effarant même. Moi qui croyais naïvement qu'ils étaient tous au Louvre ou à Asakusa, eh ben que nenni ! À mon avis il...
  • Et maintenant, Taïwan !
    Bonjour ! Ou Nihao devrais-je peut-être dire. Je suis en ce moment à Taïwan, le voyage continue ! Après le Kirghizistan et le Tadjikistan, je suis rentré un mois en Francistan pour renouveler mon passeport qui allait se périmer en cours de voyage. Ensuite...
  • Derechef au Kirghizistan !
    Bonjour, je vais essayer de revenir plus souvent pour donner des nouvelles sur mon blog, cette fois c'est promis juré craché. La raison pour que je reprenne l'écriture ici est simple : je suis de nouveau parti pour un grand voyage à l'étranger (détails...
  • Petit tour au Kirghizistan
    Bonjour a tous ! Tout d'abord, un grand merci a ceux qui me suivent encore malgre ma longue absence de mon blogespace. Ceci n'est pas une pomme est un bref post pour signaler qu'apres un long silence je vais reprendre ma plume electronique (en plus d'aujourd'hui...