Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 07:58

Il y a de bien drôles de panneaux pour aider les gens sur ces petites routes exigües : des hiboux et des ours indiquent respectivement les virages ou pentes et les espaces aménagés pour que les voitures puissent se croiser.

Les panneaux de signalisation autour de la fermeLes panneaux de signalisation autour de la ferme

Il y a en plus moult autres poteaux avec des hiéroglyphes dessus ; je n'ai pas encore pensé au bon moment a demander ce qu'ils signalent donc cela reste abscon pour moi. Et des panneaux qui indiquent d'autres choses, et enfin les fait-maison pour le ranch !

Les panneaux de signalisation autour de la ferme
Les panneaux de signalisation autour de la ferme
Les panneaux de signalisation autour de la ferme
Repost0
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 07:59

Aujourd'hui j'irai bien faire un tour du côté de la télé nippone, ça vous tente ? Qu'est-ce qu'ils peuvent bien regarder... ?

Et ben comme chez nous, des c*****ies, du genre emissions de tele realite ou des jeux nian-nians. Mais pas que, il y a même plein de choses bien pour découvrir le pays quand on est un étranger.

 

Tout d'abord les chaînes : il y a les publiques, peut-être trois ou quatre, du groupe NHK, et les autres. Au ranch on n'en capte que 7 ou 8 au total je dirais, mais je ne sais pas si c'est le nombre "normal" de chaînes que captent les japonais.

 

Bon, venons-en au sujets traités.

Globalement, j'ai recensé cinq obsessions, cinq sujets qu'on est sûr et certain de se farcir chaque jour :

  1. La météo, ce sont des dingues de météo, ça revient souvent, ça dure longtemps, et ça couvre tout le pays précisément. J'ai remarqué à ce sujet que le pays est en perpétuelle dépression (pas économique, vous me suivez j'espère, je cause météo présentement), les hautes pression sont environ à 1008-1010 hPa, et les basses, et bien... plus basses. Pas étonnant qu'il pleuve souvent, le pays doit aspirer tous les nuages du Pacifique !
  2. La bouffe, c'est incroyable, il y a sans arrêt des reportages dans lesquels on suit deux personnes généralement (une femme, jeune et joli, et un homme, plus âgé et pété de thunes (?)^^). Soit ils vont découvrir une spécialité, voirent comment c'est fait puis goûtent en sortant, la bouche encore pleine et en se brûlant à moitié, l'invariable "おいしい!" qui veut dire délicieux (aujourd'hui c'était sur les pieuvres pêchées sur la côte est d'Hokkaïdo), soit ils vont apprendre à cuisiner eux-mêmes en partant du tout début, dans les champs. Une fois le plat prêt, ils le font goûter à trois gugusses qui disent.. vous aurez deviné. La dernière fois, ils ont préparé je-ne-sais-pas-quoi dans lequel il y avait du wasabi, alors j'ai vu des rivières aménagées (ça aime la flotte cette plante) pour cultiver ce fameux radis piquant.
  3. Les feuilletons "historiques", qui se déroulent à une autre époque. En France on est vraiment petit bras avec notre "Plus belle la vie", eux ils ont la même chose fois quatre ou cinq ! Il y en a un qui se déroule en 1919 je crois, qui dure 15 minutes et qui passe  trois fois par jour, sauf le dimanche, un autre qui se déroule en 1943 il me semble, un autre vers 1600-1700, un autre à la période Sengoku (1550-1600 environ), où l'on voit Oda Nobunaga essayer d'unifier le pays, et encore d'autres je suppose. Je crois qu'en plus on est souvent sur la même chaîne alors il doit y en avoir des différents sur les autres chaînes. Et je ne compte pas les animés qui sortent régulièrement aussi.
  4. Les animaux. Documentaires animaliers chaque jour, avec de belles images, mais agrémentés de dessins et de musiques en tantinet kitches je trouve, ça gâche un peu le truc.
  5. La guerre. Eh oui, la guerre, ils sont passionnés par la guerre, ce qui est bien cynique dans un pays qui a eu le malheur de se prendre deux bombes atomiques sur la tronche et dans la foulée de perdre contre le plus grand état-tyran de la planète, qui s'est ensuite fait imposer une constitution lui empêchant de faire la guerre (alors que les ricains ne se gênent pas, eux, pour le coup ; que ça soit direct ou indirect, rien ne leur plaît plus) et qui est encore occupé en partie (Okinawa). Bon, donc malgré tout ça, ou peut-être à cause de tout ça, on voit défiler chaque jour à l'écran des images de blindés, de marche militaires en Corée du Nord, d'hélicoptères décochant des missiles en Irak et d'autres batailles actuelles ou passées.

 

Bien sûr ils ont aussi les nouvelles comme nous, et les matches de foot de la coupe du monde, et des matches de baseball car ici c'est de loin le sport le plus populaire. Ils ont également leurs émissions de divertissement comme je disaiś avec des jeux probablement aussi débiles que ceux de chez nous, leurs émissions sur la chanson...

 

Le truc génial, ce sont les faits divers lors des nouvelles (une fois passée la guerre, en Irak, l'Ukraine et je ne sais pas trop quel autre coin du monde où il y a des armes en action, et la météo). Parfois je me marre bien.

Il faut que je vous raconte un soir, c'était vraiment au top. Ça commence doucement avec des sortes de pèlerins, des jeunes qui devaient faire pénitence, c'est ce que j'ai subodoré, qui se baladent dans la rue, avec l'un d'entre eux qui a en permanence une sorte de béret-casquette sur la tête, et qu'il tient tout le temps avec la main droite. Très important ce dernier point, c'est ce qui le rendait ridicule au possible, car quoiqu'il fasse ou qu'il dise, il avait la main sur la tête. Quand comme moi on ne comprend pas ce qui se raconte, on rigole en le prenant pour un fou (tout en sachant très bien que ce n'est peut-être que parce que je ne comprends pas ce qui se passe).

Ensuite, ça a embrayé sur du haut niveau de fait réel comique : une tentative d'évasion d'un poste de police, filmé par des caméras de surveillance, en plein jour et en claquettes. On voit d'ailleurs très bien celles-ci voler quand l'évadé, après avoir décrit une courbe dans la cour du poste, accélère en ligne droite sur le bitume du trottoir. Il y a le son aussi, c'est terrible, on entend la grosse sirène du poste qui retentit, et presque aussitôt une poursuite à la hauteur de la tentative d'évasion se met en place : deux policiers passent en trombe en bicyclettes de ville dans le champ de la caméra. Génial, du Charlot moderne ! (avec son). Et à la fin on voit que le gars s'est fait choper, et qu'il retourne dans le même poste de police, menotté cette fois.

Enfin ça a fini en apothéose par un reportage sur une personne qui a décidé de marcher à quatre pattes : on le suit dans Tokyo, passage au super-hyper-ultra-fameux croisement géant (le plus grand de la planèteil paraît) de Shibuya, et après ça court passage chez lui puis image du même donnant tout ce qu'il peut pour courir le 100m à quatre pattes le plus vite possible. Sans comprendre de quoi il retourne, c'est assez exquis je dois avouer. Ils ont vraiment des tarés pas comme chez nous. Plus marrant et moins méchants il semblerait.

 

Mata, ne.

Repost0
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 09:55

Courte description de la monnaie fiduciaire japonaise.

 

Facile, il y a les pièces et les billets, comme chez nous. Pas comme chez nous en revanche, les billets ont tous la même taille, grande de surcroît, ce qui n'est pas bien commode. Il y en a trois : 1 000, 5 000 et 10 000 Yen.

Pour les pièces, il y en a de 1, 5, 10, 50, 100 et 500 Yen. Les pièces de 5 et 50 Yen sont percées, c'est bien marrant, et ça permet d'en faire des colliers, génial non ?

 

Quelques photos pour vous montrer à quoi ça ressemble.

Les sousous nippons
Les sousous nippons
Repost0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 09:52

Je suis de nouveau au ranch, ou je suis arrive le 17 juillet en fin d apres midi apres un jour complet de ferry.

 

Le 16 juillet, j ai pris, apres une bonne demi-heure de marche rapide dans un Tokyo tres chaud et humide qui m a mis en nage, un train de la gare de Ueno pour Mita, d ou j ai enchaine avec un assez vieux train pour Oarai. Une fois a Oarai, le personnel de JR m a donne une carte de cette petite ville, tres bien faith, et j ai alors pu rallier le point d embarquement sans encombre, apres une autre marche d une demi-heure environ.

Je suis monte dans le ferry, j ai fait un tour d inspection, et je me suis installe en haut pour avoir la vu, minable car bouchee par des nuages, lors du depart.

Ensuite a part une heure passee a regarder un match de baseball avec des camionneurs emeches, j ai occupe mon temps en dormant. J ai bien recupere de ce fait, meme si mon dos n a pas du tout apprecie le matelas tout mou sur lequel j ai dormi.

Tokyo Hokkaido en ferry
Tokyo Hokkaido en ferry
Tokyo Hokkaido en ferry

Une fois arrive a Tomakomai, sur Hokkaido donc, je suis alle acheter trois bricoles a grignoter ainsi qu une bouteille de vin blanc pour boire le coup le soir, une fois a la ferme. Apres les courses j ai fait du stop, qui n a pas marche tant que je marchais a la recherche d un bon endroit. Par contre une fois en place, et apres avoir fini d ecrire en kamji Hidaka, ma ville de destination, j ai tres vite ete pris en stop par un couple de retraites de Sendai, sur Honshu, en grand tour a Hokkaido en camping car. Ils ne parlaient pas un mot d anglais mais ca s est bien deroule quand meme, avec mon japonais rudimentaire de plus en plus etoffe.

Une fois a destination, ils m ont pose juste devant la ferme nonobstant la piste un peu defoncee qui mene a celle-ci, je me suis retrouve tout seul car les autres etaient tous a droite a gauche. Quans ils sont arrives j ai eu la surprise de decouvrir qu en plus de Coraline et Austin, il y aviat une japonaise, Kaho. Elle est photographe et vient de temps en temps a la ferme pour prendre des photos, car elle prepare un libre sur les chevaux des Inoue, pour se faire de la pub (imortant car elle est en free lance).

on a passe une super soiree, avec une super ambiance, et pour finir Austin a mis son kimono et on leur a fait un concert de piano, a jouer chacun notre tour un morceau. Il joue vraiment tres bien, c etait tres agreable de l ecouter.

 

le lendemain Kaho nus a aides a 5h30 puis est partie vers 11h30 apres avoir fait un dernier tour pour prendre des photos des chevaux et de Coraline et d Austin qui ont pose en kimono, enfin, en yukata plutot, la version pas chere qui n est pas en soie.

 

Coraline va aller marcher autour du volcan Akan le 22, et je vais l accompagner puis partir de la bas pour aller directement a Shiretoko, la pointe nord est de l ile. Cela marquera donc le debut de ma grande vadrouille !

 

les prochains articles seront postes en decale, je les ai deja ecrits et j ai demande a ce qu ils paraissent des jours different spour que tout ne tombe pas au meme moment.

 

+++

Tokyo Hokkaido en ferry
Tokyo Hokkaido en ferry
Tokyo Hokkaido en ferry
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 03:09

Apres les Alpes, on est arrive a Tokyo, et ca a ete un peu rude. Deja, niveau temperature, on a pris une sacree claque.

Camping sauvage a Tokyo

Ensuite, on a rame pendant des heures pour trouver du wifi et pour etre certains quil n y avait pas de chambres de libres a des prix abordables. Tout est reserve !!

 

On est donc alles s installer au parc d Ueno, ou on a plante les tentes a la tombee de la nuit, avant d aller manger un bout dans un bar/restau tres bien, ou on a bien mange et bien bu.

Pour la douche, c est possible dans deux blocs sanitaires du parc, donc on a elu domicile pas loin de l un d eux et ca, c etait fait.

Camping sauvage a Tokyo
Camping sauvage a TokyoCamping sauvage a Tokyo

Pas de souci la premiere nuit, on a plie la tente tres tot et on a laisse toute la journee les sacs a l arriere d un koban, mini-poste de police.

La deuxieme nuit, on avait decide de faire la grasse mat et de ce fait on a ete reveille par les flics vers 6h20. Ils ont attendu que j ai replie la tente pour partir, sans rien nous dire ou nous demander de plus.

 

La premiere journee, samedi, a ete employee a chercher des plans de logement et a se rendre a Ueno, pas tres constructif au final.

La seconde, dimanche, a ete longue et pas terrible car on accusait le coup de nos efforts et qu il faisait chaud. On a erre ca et la, en plantant presque tout ce qu on voulait faire. On a tout de meme fait des choses, comme se rendre au fameux temple Senso-ji, mais l ensemble n a pas ete fou-fou.

La troisieme a ete beaucoup plus enthousiasmante. On a loue des velos au debut, et ensuite on a traverse toute la ville en s arretant la ou on trouvait des choses interessantes. Parmi nos arrets, le cimetiere-temple de \yasukuni, le temple Meiji avec son parc, la rue branchee d Harajuku, flanage a Shibuya, coktail a Roppongi avant de finir en beaute notre voyage commun dans une super echoppe vendant des ramens supremement bons, avec un client completement bourre qui a mis de l ambiance.

Camping sauvage a TokyoCamping sauvage a TokyoCamping sauvage a Tokyo
Camping sauvage a TokyoCamping sauvage a TokyoCamping sauvage a Tokyo
Camping sauvage a TokyoCamping sauvage a TokyoCamping sauvage a Tokyo

Maintenant direction Oarai ou je vais prendre mon ferry pour Tomakomai, sur Hokkaido, pour ensuite retourner en stop a la ferme.

 

また。

Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 02:49

Me revoila pour raconter notre escapade, avec Kilien et Marjolaine, dans les Alpes du sud japonaises, appelees Minami Alps (minami = sud).

 

Tout d abord, on va tres bien, pas de souci a se faire, on s en est sortis juste un peu fatigues, et bien courbaturee pour l une d entre nous (elle nous a fait la traditionnelle transformation en robocop qui decoule d une longue descente tres pentue).

 

Le plan a foire d un bout a l autre, donc on n a rien fait de ce qui etait prevu, mais on s est quand meme eclates comme des fous. On a fait une rando de dingue, dont on va se souvenir toute notre vie.

 

Maintenant, succintement (compare a tout ce que je pourrai vous raconter) ce qu il nous est arrive.

 

Mardi

Deja, je suis arrive en retard au rendez vous car c etait l heure de pointe sur la ligne la plus chargee de Tokyo, et j ai eu un peu de mal avec mon sac dans la cohue de malade que je me suis farcie.

La consequence a ete qu on a rate le premier train qui partait dans la bonne direction. Ensuite, on a pris le mauvais, car ici il y a plein de types differents de train, genre express, rapide, semi-rapide, local... et nous on a pris un rapide ou semi-rapide qui est alle plus lentement que le local, et donc on a rate le train a Takao, ville etape, de 5 ou 10 minutes. Resultat, un bon moment d attente avant notre dernier train pour Shinanosakai.

Les Minami Alps en plein typhonLes Minami Alps en plein typhon

On a donc commence a marcher bien en retard. Pour bien arranger les choses, on s est embringues dans la mauvaise vallee (le debut de la rando n etait pas sur les cartes au 1/50 000 donc c etait au juge, aide par des souvenirs google maps) et donc on n a dormi pas du tout la ou il aurait fallu. On a trouve un endroit sympa a un bout d un tunnel, et le temps de planter la tente il s est mis a pleuvoir. Rien de bien mechant et on a pu souper autour d un feu abrites sous un arbre.

On a alors decide de se reorienter vers le Kaikomagatake pour commencer, et donc le lendemain on etait en route pour le sommet.

 

Chemin de zinzins, tares, oufs malades et j en passe !! Hyper raide, dans une foret exuberante un peu a la Indiana Jones des fois, avec des echelles tres regulierment et des mains courantes pour les passages les plus techniques. Les montagnes sont tres escarpees et tres decoupees au Japon, donc ce n est pas un style au on connait, c est different et ca fait mal !

Le chemin est ponctue de lieu de culte Shinto et/ou peut etre bouddhiste (ca rajoute une touche aventurier), c est dur de faire la distinction quand on ne pige pas un mot des inscriptions.

La derniere partie de la journee s est deroule sous des trombes d eau, et on a installe les tentes le soir a cote d un refuge dans lequel on s est refugie pour le repas. C est un endroit ou normalement on s inscrit sur une page et disant combien de personnes restent pour combien de nuit, et on ajoute les sous correspondant dans une urne.

Le lendemain, on a plie bagages sous la pluie, et on a continue l ascension qui etait intermediaire entre varape, via ferrata et alpinisme. Il y avait des mains courantes en chaines metaliques, des marches taillees dans le gre, des echelles... on s est bien marre. Felicitations a Kilien qui a reussi tout ca avec un sac a dos super lourd sur le dos, car il avait plein d affaire pour la suite de leur sejour a la ville. Environ 25kg sur le dos, sachant qu on avait deja dans les pattes le trajet de la veille (largement 2000m de denivelee, plus les 500 de l avant veille), et surtout que ca monte et descend raide tout le temps dans ces Apes. Et que c etait tout trempe, et que c etait difficile, et que...

Au sommet, on s est pris une tempete de vent, globalement tres fort avec des bourrasques a decorner des rhinoceros !! On a malgre tout pris le temps de faire une seance photo, avec le panneau indiquant le nom et l altitude, 2967m. L avantage avec le vent est que ca nous a degage une petite vue fort sympathique, a defaut d etre vaste et belle.

On s est ensuite plante de direction, encore ! car on a mal lu la carte (c etait mal indique il faut dire, le nom du sommet etait note plus proche d une antecime plus loin, et on a cru que l antecime etait le sommet...).

En fait, on ne s est apercu de notre erreur que plus tard, une fois bien installe dans une cabane sommaire mais spacieuse, quand on a fait un tour avec Marjoliane pour reconnaitre le terrain et determiner ou on etait.

Une fois qu on a compris ce qu il se passait, on a decide de passer la nuit tranquillement dans notre cabane pour preserver nos forces, de ne pas continuer sous la pluie battante et dans les fortes rafales de vent, tout ca pour etre en forme le lendemain des fois que le typhon se pointrait, hein, va savoir.

On s est aussi dit a ce moment qu il fallait revoir notre plan et ne pas continuer la haute montagne a environ 3000m pour ne pas etre en danger, car le typhon devait arriver samedi et qu on etait alors jeudi soir, et avec dej ale violent vent qu on s etati farci, on s est dit qu on ne supporterait pas plus. Subsequemment on passait de sspet jours complets de rando a quatre, mais c etait plus sage.

Gros echec a mentionner, on a essaye de faire du feu, car des gens l avaient fait avant nous, mais a la mode japonaise, i.e. sans cheminee ni poele ! Sans surprise on a ete completement enfume et on a arrete bien vite.

A part ca, nuit fraiche, car dans l apres midi le thermometre indiquait 11C, et apres je ne sais pas mais ce n est pas alle en chauffant. La soiree a ete geniale, on a fait trois tournees de ramen au bouillon cube, avec des cachuetes et du rhum arrange en entree et de la pate d amande en dessert, le luxe !

La journee du lendemain a debute par un sentier incroyable le long d une crete, avec des passages super raides, sous la pluie et toujours avec du vent, mais de force relativement raisonnable, compte tenu de l altitude. Arrives a un col ou on savait qu il nous fallait descendre pour rejoindre la grande vallee en bas, et ensuite longer la riviere, on s est tape une sacree galere : descente dans le brouillard en plein pierrier, avec des caillous exactement de la taille qu il ne faut pas, instables, et trempes et par consequent tres glissants. On a progresse doucement, tres tres doucement, en cherchant ca et la les petits fanions roses ou rouges censes indiquer le chemin. On a fini sur un chemin raide et tres mal entretenu, avec des bouts de bois et des racines mouillees qui ont valu quelques zoup-la-boum sur les fesses a Kilien et Marjolaine. Pas de mal, et apres avoir evite et photographie une vipere (je suppute fort aue c etait un crotale pour etre plus precis), on est arrive dans la grande vallee. on s est pose apres avoir traverse la grosse riviere, en enlevant les chaussures et faisant plouf car le saute-pierres n etait pas possible ici. On etait au soleil, pas de vent, cadre enchanteur, on a dit oui et on a pris.

Super moment de detente, on s est lave, on a fait la lessive, et on a fait secher les affaires trempees, dont ma tente qui du coup pesait le double de son poids normal tout en se payant un bon repas.

Fin de la journee a descendre le long de la riviere, en cherchant le chemin defonce par les crues. Ca a ete tres long et on n etait pas mecontent de enfin arrives a la route, apres au moins dix heures de marche.

Une fois sur la route, on ne savait pas trop ou on etait, ni ou dormir ni ou aller pour prendre un bus ou un train. On a alors attendu un peu puis arrete une camionnette-pick-up avec deux pecheurs pas tout jeunes dedans, 63 ans pour l un et environ la meme chose pour l autre, pour leur demander des renseignements. On n a pas tout compris, mais ce qui etait certain est qu on venait de sortir du typhon !!! Aaaaahhh, donc les forts vents qu on avait eu, c etait ca !! Et biiiimmm, un typhon a 3000m !!!

On a continue de ne pas tout comprendre, mais encore une fois une chose etait claire, ils nous ont propose de nous mener a un endroit pour prendre le bus.

En fait, ils ont discute et change d avis en cours de route, et une fois arrive chez le pecheur experimente, ils nous ont explique, grace au renfort de la femme de ce dernier, qu on etait invite a passer la nuit chez le pecheur debutant ! Super sympa !!

Une fois chez notre hote pour cette nuit, il nous a servi le cafe puis ils ont transforme une grande piece a debarras en chambre a coucher de style japonais (tatamis et futons) en trois tours de main, en refusant fermement notre aide. La seule aide qu on leur a fournie a ete prodiguee par Marjolaine, car elle a ete la femme de l expert en peche a preparer des plats.

Ensuite, on a passe une soiree de folie !!!

On etait sept, trois francais et deux couples japonais, avec peu de moyen de communication, et surtout avec un festin typiquement japonais et plein de boisson. On a descendu trois bieres, deux bouteilles de rouge, une japonaise et une francaise et une bouteille de sake, sachant que les japonais, bien qu ils aient beaucoup moins mange que nous, on bien participe. Je peux vous dire qu ils etaient rigolards et de fort bonne humeur ! On a tous bien rigole, en mangeant et buvant tout en essayant de se comprendre.

Le lendemain matin, l expert nous a conduit a la ville la plus proche avec des depart de bus longues distances pas cher pour Tokyo ! Vraiment une creme ce type, il nous y a conduit, ce qui faisait environ 20 minutes de voiture, il a attednu avec nous le car, et ensuite il s est tape le retour tout seul ! Comme je disais, super aimable de sa part.

On est donc arrive a Tokyo, ce qui sera le sujet du prochain billet, ce qui a signe la fin de notre viree en montagne.

Voila tout, on est vivant et on en a profite a fond. On est rentre avec une experience geniale et inoubliable en souvenir, et une grosse fatigue et des douleurs un peu partout.

++

Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhonLes Minami Alps en plein typhon
Mercredi

Debut sur une petite route a descendre ce qu on avait monte pour rien la journee precedente puis pause dejeuner au depart du vrai chemin.

Chemin de zinzins, tares, oufs malades et j en passe !! Hyper raide, dans une foret exuberante un peu a la Indiana Jones des fois, avec des racines partout, des herbes hautes, des lianes, et avec des echelles tres regulierment et des mains courantes pour les passages les plus techniques. Les montagnes sont tres escarpees et tres decoupees au Japon, donc ce n est pas un style au on connait, c est different et ca fait mal !

Le chemin est ponctue de lieu de culte Shinto et/ou peut etre bouddhiste (ca rajoute une touche aventurier), c est dur de faire la distinction quand on ne pige pas un mot des inscriptions.

La derniere partie de la journee s est deroule sous des trombes d eau, et on a installe les tentes le soir a cote d un refuge dans lequel on s est refugie pour le repas. C est un endroit ou normalement on s inscrit sur une page et disant combien de personnes restent pour combien de nuit, et on ajoute les sous correspondant dans une urne.

Nuit a 2300 m environ.

Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Jeudi

Le lendemain, on a plie bagages sous la pluie, et on a continue l ascension qui etait intermediaire entre varape, via ferrata et alpinisme. Il y avait des mains courantes en chaines metaliques, des marches taillees dans le gre, des echelles... on s est bien marre. Felicitations a Kilien qui a reussi tout ca avec un sac a dos super lourd sur le dos, car il avait plein d affaire pour la suite de leur sejour a la ville. Environ 25kg sur le dos, sachant qu on avait deja dans les pattes le trajet de la veille (largement 2000m de denivelee, plus les 500 de l avant veille), et surtout que ca monte et descend raide tout le temps dans ces Apes. Et que c etait tout trempe, et que c etait difficile, et que...

Au sommet, on s est pris une tempete de vent, globalement tres fort avec des bourrasques a decorner des rhinoceros !! On a malgre tout pris le temps de faire une seance photo, avec le panneau indiquant le nom et l altitude, 2967m. L avantage avec le vent est que ca nous a degage une petite vue fort sympathique, a defaut d etre vaste et belle.

On s est ensuite plante de direction, encore ! car on a mal lu la carte (c etait mal indique il faut dire, le nom du sommet etait note plus proche d une antecime plus loin, et on a cru que l antecime etait le sommet...).

En fait, on ne s est apercu de notre erreur que plus tard, une fois bien installe dans une cabane sommaire mais spacieuse, quand on a fait un tour avec Marjoliane pour reconnaitre le terrain et determiner ou on etait.

Une fois qu on a compris ce qu il se passait, on a decide de passer la nuit tranquillement dans notre cabane pour preserver nos forces, de ne pas continuer sous la pluie battante et dans les fortes rafales de vent, tout ca pour etre en forme le lendemain des fois que le typhon se pointrait, hein, va savoir.

On s est aussi dit a ce moment qu il fallait revoir notre plan et ne pas continuer la haute montagne a environ 3000m pour ne pas etre en danger, car le typhon devait arriver samedi et qu on etait alors jeudi soir, et avec dej ale violent vent qu on s etati farci, on s est dit qu on ne supporterait pas plus. Subsequemment on passait de sspet jours complets de rando a quatre, mais c etait plus sage.

Gros echec a mentionner, on a essaye de faire du feu, car des gens l avaient fait avant nous, mais a la mode japonaise, i.e. sans cheminee ni poele ! Sans surprise on a ete completement enfume et on a arrete bien vite.

A part ca, nuit fraiche, car dans l apres midi le thermometre indiquait 11C, et apres je ne sais pas mais ce n est pas alle en chauffant. La soiree a ete geniale, on a fait trois tournees de ramen au bouillon cube, avec des cachuetes, du saucisson et du rhum arrange en entree et de la pate d amande en dessert, le luxe !

Nuit a 2650m environ.

Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Vendredi

La journee a debute par un sentier incroyable le long d une crete, avec des passages super raides, sous la pluie et toujours avec du vent, mais de force relativement raisonnable, compte tenu de l altitude. Arrives a un col ou on savait qu il nous fallait descendre pour rejoindre la grande vallee en bas, et ensuite longer la riviere, on s est tape une sacree galere : descente dans le brouillard en plein pierrier, avec des caillous exactement de la taille qu il ne faut pas, instables, et trempes et par consequent tres glissants. On a progresse doucement, tres tres doucement, en cherchant ca et la les petits fanions roses ou rouges censes indiquer le chemin. On a fini sur un chemin raide et tres mal entretenu, avec des bouts de bois et des racines mouillees qui ont valu quelques zoup-la-boum sur les fesses a Kilien et Marjolaine. Pas de mal, et apres avoir evite et photographie une vipere (je suppute fort aue c etait un crotale pour etre plus precis), on est arrive dans la grande vallee. on s est pose apres avoir traverse la grosse riviere, en enlevant les chaussures et faisant plouf car le saute-pierres n etait pas possible ici. On etait au soleil, pas de vent, cadre enchanteur, on a dit oui et on a pris.

Super moment de detente, on s est lave, on a fait la lessive, et on a fait secher les affaires trempees, dont ma tente qui du coup pesait le double de son poids normal tout en se payant un bon repas.

Fin de la journee a descendre le long de la riviere, en cherchant le chemin defonce par les crues. Ca a ete tres long et on n etait pas mecontent de enfin arrives a la route, apres au moins dix heures de marche.

Une fois sur la route, on ne savait pas trop ou on etait, ni ou dormir ni ou aller pour prendre un bus ou un train. On a alors attendu un peu puis arrete une camionnette-pick-up avec deux pecheurs pas tout jeunes dedans, 63 ans pour l un et environ la meme chose pour l autre, pour leur demander des renseignements. On n a pas tout compris, mais ce qui etait certain est qu on venait de sortir du typhon !!! Aaaaahhh, donc les forts vents et les hallebardes qu on avait eus, c etait ca !! Et biiiimmm, un typhon a 3000m !!!

On a continue de ne pas tout comprendre, mais encore une fois une chose etait claire, ils nous ont propose de nous mener a un endroit pour prendre le bus.

En fait, ils ont discute et change d avis en cours de route, et une fois arrive chez le pecheur experimente, ils nous ont explique, grace au renfort de la femme de ce dernier, qu on etait invite a passer la nuit chez le pecheur debutant ! Super sympa !!

Une fois chez notre hote pour cette nuit, il nous a servi le cafe puis ils ont transforme une grande piece a debarras en chambre a coucher de style japonais (tatamis et futons) en trois tours de main, en refusant fermement notre aide. La seule aide qu on leur a fournie a ete prodiguee par Marjolaine, car elle a ete la femme de l expert en peche a preparer des plats.

Ensuite, on a passe une soiree de folie !!!

On etait sept, trois francais et deux couples japonais, avec peu de moyen de communication, et surtout avec un festin typiquement japonais et plein de boisson. On a descendu trois bieres, deux bouteilles de rouge, une japonaise et une francaise et une bouteille de sake, sachant que les japonais, bien qu ils aient beaucoup moins mange que nous, on bien participe. Je peux vous dire qu ils etaient rigolards et de fort bonne humeur ! On a tous bien rigole, en mangeant et buvant tout en essayant de se comprendre.

Le lendemain matin, l expert nous a conduit a la ville la plus proche avec des depart de bus longues distances pas cher pour Tokyo ! Vraiment une creme ce type, il nous y a conduit, ce qui faisait environ 20 minutes de voiture, il a attendu avec nous le car, et ensuite il s est tape le retour tout seul ! Comme je disais, super aimable de sa part.

Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
Les Minami Alps en plein typhon
On est donc arrive a Tokyo, ce qui sera le sujet du prochain billet, ce qui a signe la fin de notre viree en montagne.

 

Voila tout, on est vivant et on en a profite a fond. On est rentre avec une experience geniale et inoubliable en souvenir, et une grosse fatigue et des douleurs un peu partout.

 

++

Repost0

Présentation

  • : Un aventurier solitaire, roi de la terre
  • Un aventurier solitaire, roi de la terre
  • : Ce blog a pour but de narrer mes pérégrinations sur la planète bleue. Après l'étape en Afrique à pied et en stop, celle au Japon en stop et en vélo et les nombreuses en France tous moyens confondus, c'est au tour du Kirghizistan !
  • Contact

Profil

  • Hanaouji
  • Une fois diplômé fin 2011 en gestion de l'énergie par l'ENSE3, école d'ingénieur à Grenoble, je me suis tourné vers le voyage.

Je privilégie la marche, moyen le plus efficace pour découvrir les pays parcourus selon moi, mais j'utilise parfois d'autres moyens de transport comme le vélo ou le stop.
  • Une fois diplômé fin 2011 en gestion de l'énergie par l'ENSE3, école d'ingénieur à Grenoble, je me suis tourné vers le voyage. Je privilégie la marche, moyen le plus efficace pour découvrir les pays parcourus selon moi, mais j'utilise parfois d'autres moyens de transport comme le vélo ou le stop.

Recherche

Archives

C'est Par Ici Pour Les Derniers Articles :

  • Un mois a Iriomote-jima, une ile paradisiaque au large de Taiwan
    Comme je disais la derniere fois, apres Fukuoka je me suis rendu a Iriomote-jima (jima derive de shima qui veut dire ile en japonais). J y suis reste un mois et ca a ete trop court tellement j etais bien la-bas !! Pour ceux qui veulent des informations...
  • Yakushima et la fin du voyage au Japon a deux
    La derniere fois nous etions alles jusqu a Kumamoto. Me voila maintenant tout seul a Iriomote-jima. Mais reprenons dans l ordre. Apres Kumamoto nous sommes alles a Kagoshima pour prendre le ferry le moins cher pour Yakushima, avec un arret en route pour...
  • À l'ouest, du nouveau: temples à gogo à partir de Kyoto
    Le voyage continue, tout se passe toujours aussi bien ! Nous voilà maintenant dans la partie sud ouest des îles principales de l'archipel nippon et on a pu noter des petites différences. Pour ce qui est du stop, les gens nous ignorent plus que dans le...
  • Retour vers le Japon, épisode 3
    Youkoso ! Vous êtes au bon endroit pour suivre une nouvelle épopée nippone de votre chemineau favori (ou pas, je ne vous en voudrai pas). Cette fois je voyage avec une petite soeur, après avoir testé la chose deux petits mois en Europe de l'est, à Istanbul...
  • Mon matos entre dans l'ère de la plume !
    Petit article pour présenter rapidement quelques unes de mes dernières réalisations afin de voyager ultra-léger tout en ne sacrifiant pas trop mon petit confort. Le gros changement est que je me fais désormais l'isolation pour les doudounes, pieds d'éléphant,...
  • Taïwan, suite et fin
    Je suis tranquillement (à défaut de confortablement) installé dans une chambre surpeuplée à Tokyo pour rédiger un petit (ou pas, à voir) billet à propos de mon séjour à Taïwan. Pour les plus pressés, les photos sont toutes à la fin. Quand je dis chambre...
  • Escapade dans le nord de Taïwan
    Ou le paradis des tours touristiques ! J'en ai vu un paquet là-bas, des cohortes de chinois ! À la pelle y en avaient, incroyable... Effarant même. Moi qui croyais naïvement qu'ils étaient tous au Louvre ou à Asakusa, eh ben que nenni ! À mon avis il...
  • Et maintenant, Taïwan !
    Bonjour ! Ou Nihao devrais-je peut-être dire. Je suis en ce moment à Taïwan, le voyage continue ! Après le Kirghizistan et le Tadjikistan, je suis rentré un mois en Francistan pour renouveler mon passeport qui allait se périmer en cours de voyage. Ensuite...
  • Derechef au Kirghizistan !
    Bonjour, je vais essayer de revenir plus souvent pour donner des nouvelles sur mon blog, cette fois c'est promis juré craché. La raison pour que je reprenne l'écriture ici est simple : je suis de nouveau parti pour un grand voyage à l'étranger (détails...
  • Petit tour au Kirghizistan
    Bonjour a tous ! Tout d'abord, un grand merci a ceux qui me suivent encore malgre ma longue absence de mon blogespace. Ceci n'est pas une pomme est un bref post pour signaler qu'apres un long silence je vais reprendre ma plume electronique (en plus d'aujourd'hui...