Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 04:20

Me revoila assez rapidement finalement !

Je suis dans une bibliotheque dans la petite ville d Omu, au bord de la mer d Okhotsk. Il n y a rien a y faire mais normalement j aurai du trouver un ordinateur dans le michi no eki de la ville, raison pour laquelle j ai vise cet endroit. En fait leur ordinateur est trop vieux et en panne, mais ils m ont indique la bibliotheque ou il y a deux vieu ordinateurs qui fonctionnent encore.

Le temps est a nouveau pourri, la pluie a fait une pause de ou quatre jours, c etait deja long.

Apres avoir ecrit mes articles a Abashiri, je suis alle flaner au milieu de la rue ou il y avait matsuri, la fete, puis il etait deja tard donc je me suis rendu a un camping gratuit au bord du lac Abashiri, a une heure trente de marche du michi no eki. Je suis arrive un peu avant le coucher de soleil, qui etait magnifique. L endroit etait parfait, spacieux, calme, avec des gens que je connaissais deja en plus. En effet j ai retrouve un motard Harley Davidson (il y en a plein ici, il y a une passion pour les Harley plus forte qu en France j ai l impression), un cycliste et le couple cycliste de la nuit precedente.

Le lendemain matin j ai bien pris mon temps pour faire secher a fond tout ce que j ai, y compris la tente qui prend l eau par le sol maintenant. Il va vraiment falloir que je la change celle-la ; ca va faire un bon gros trou dans mes finances, car si on veut du bon matos, quelque soit le pays, ca coute bonbon.

Au moment de partir et donc de dire au revoir, j ai demande quelques infos sur la tente de la fille du couple qui correspond tout a fait a ce que je veux (pas la fille bien sur). Ca va me couter un bras (pour ce modele j ai demande donc j en suis sur) mais je pourrai la monter ou je voudrai, je ne serai pas ou moins mouille par la rosee, et l eau ne passera plus par le sol... si je la trouve quelque part ! Je vais essayer a Wakkanai, la ville la plus au nord du Japon ou je vais me rendre bientot, et sinon ca sera soit a Asahikawa soit a Sapporo.

Apres avoir bien tarde donc, je suis parti pour Abashiri again (j etais sur la mauvaise route) pour faire des courses et pour choper la bonne route. A la sortie de la ville dans la bonne direction je suis tombe sur une piste cyclable que j ai emprunte sur quelques kilometres avant d avoir une bonne douleur aux aducteurs gauches, alors pause puis stop.

C est le souci de vouloir aller a pied, quand on fait de trop grosses journees ensuite c est galere car il est difficile de prendre des jours de repos. En France apres mes deux journees de bourrin dans les montagnes je me serai accorde une semaine pour recuperer, et la ce n est pas le cas. Et du coup j ai bobo partout... les autres douleurs je n en parle pas car elle ne m empeche pas d avancer, et tout est en fait lie, mal ici egal je compense comme-ci, ce qui me fait mal la alors je compence comme-ca...

Le stop a mis plus de temps a prendre que les fois d avant. Une demi-heure apres avoir commence un gars s est arrete mais il allait a Kitami. Un quart d heure plus tard environ une femme s est arrete qui allait elle-aussi a Kitami, mais elle a trouve sympa de faire un crochet puor me deposer au michi no eki du lac Saroma, appele Saromako ( = lac Saroma en japonais, original non ?).

Une fois a destination elle a achete des glaces car c est signe de vacances pour les japonais, et on les a manges en discutant dans mon japonais moins balbutiant mais toujours simple.

Apres son depart je suis alle me balader, sans le sac a dos qui est reste au michi no eki - pour cela la surete du Japon est tres appreciable - le long du lac. Le chemin n allait jamais a cote de la berge alors j ai taille droit dans la foret sur un petit bout et ensuite jai pu faire plouf. Et la, surprise ! L eau etait salee !! Et oui, car c est un lac avec une petite ouverture sur la mer, et donc ce n est pas exactement un lac, avec de l eau douce. Je me suis quand meme bien rince, ca a fait du bien. Il faut dire que c etait une journee tres chaude, la plus chaude que j ai eu jusqu alors.

Je me suis prepare a manger dans un coin a babecue desert, et quand l attaque des moustiques est devenue trop intense je suis alle planter la tente un peu plus loin.

La journee suivante, hier, je n ai fait que marcher et ce n etait peut-etre pas le mieux a faire. Seulement 12 ou 13 km du coup, et ensuite arret dans un autre michi no eki qui fait aussi parc d attraction.

J ai dormi dans un cahutte en bois (il y en avait 6 au total), au sec et a l abris des moustiques, c etait pas mal.

Aujourd hui stop de nouveau, et me voila a Oumu. Ca a ete assez long mais raisonnable, peut-etre 30 ou 45 minutes je ne sais pas bien, parce qu il y avait peu de voitures. On est maintenant hors saison touristique car les vacances japonaises sont terminees, ca enleve toutes les voitures qui ne s arretent pas de toute facon, c est deja ca.

Si je ne trouve pas de coin agreable pour planter la tente a proximite je vais pousser plus loin en direction de la pointe nord de l ile, mon but et point de depart pour le sud.

Je vais essayer de faire paraitre des articles avec des photos pour illustrer tout cela, mais je ne suis pas sur qu avec l antediluvien ordinateur a ma disposition ca soit bien facile.

Arvi pa !

Repost0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 05:23

Je suis parti de Rausu a 6h mercredi dernier, apres pile deux mois passes au Japon. Direction le Rausu-dake comme prevu. Comme je connaissait deja le chemin et que la neige avait beaucoup fondue ca a ete comme sur des roulettes ! J ai mis environ 4h15 pour grimper, avec le gros sac, alors que c est annonce 6h ou 6h30 suivant les endroits.

 

On m avait dit qu il ferait beau, et le jour suivant egalement , et bien que nenni. La matinee a ete couverte puis l apres-midi, entre le sommet et mon lieu de pieute, au bord de deux petits lacs environ a mi-chemin entre le Rausu-dake et le Io-zan, j ai ete en permanence dans le brouillard et avec quelques fois de la pluie. Je suis arrive avec la partie basse du corps trempee (j etais en short, ca faisait un peu moins a secher du coup), il y avait du vent, alors j ai vite monte la tente, je me suis fais deux tournees de somens, des pates qui cuisent en deux minutes, puis hop dans la tente a attendre le lendemain. Il etait deja 5h de l aprem et comme j etais leve depuis 4h ca me faisait deja une journee correcte. Un americain tres sympa et tres interessant et arrive peu apres que je me suis planque dans ma tente. On a echange quelques mots puis dodo.

Parti a 6h (decidemment c est l heure idoine !) on a fait la fin du chemin ensemble, ca a bien aide a supporter le chemin insupportablement mauvais, la pluie, le vent et le brouillard. Comme pour les autres articles je mettrai des photos, ca vaut le coup, vraiment. Je pense que je vais meme faire un article specifique sur les chemins japonais avec photos a l appui tellement c est un truc de dingue ! Toujours a lutter contre les arbres qui obstruent la voie, et quand ce n etait pas le cas on etait dans un lit de riviere raide et pas facile, surtout avec la pluie qui rendait la roche glissante.

On a snobe le sommet du Io-zan car le chemin passait juste a cote et le detour ne nous a pas inspire, sous la pluie et sans aucune vue car dans le brouillard, avec en plus des relents de souffre car c est un volcan puant, ce ne me tentait guere.

 

Une fois presque en bas on a decouvert que le mauvais temps etait l apannage des montagnes, avec tous les nuages agglutines dessus. On a echange nos contacts puis on s est separe car il est alle prendre directement le bus tandis que je suis alle voir un peu plus au nord si j y etais. ce n etait pas le cas et surtout j allais manquer d eau alors je me suis mis en route un peu apres 16h en direction des 5 lacs, sans prendre le bus.

Alors que j etais presque arrive, apres 2h de marche (grosse journee car au total 10h de marche quand meme !), j ai ete pris en stop par des rangers accompagnes de trois universitaires qui etudient les ours. Eux en ont vus 5, les veinards ! Moi toujours que dalle, et pourtant ils m ont dit que j etais au bon endroit car en juillet-aout ils sont dans les hautes montagnes pour y manger des baies, et ils descendent ensuite fin aout pour aller feter le debut du fraie du saumon.

Ils m ont emmene au Visitor Center entre les 5 lacs et la petite ville d Utoro, et la-bas quand ils ont compris que je voulais y dormir et aller a Utoro a pied le lendemain uils m ont dit "dame !" ce qui veut dire interdit (soit-disant a cause des ours, mais la-haut dans la montagne ce n est pas dame...), un gars m a depose a utoro, au michi no eki (cliquer ici pour voir ce que c est), ou j ai passe la nuit. j ai dormi par terre, abrite par l auvent devant le batiment qui cause de Shiretoko et du fait que c est "world heritage", c est juste a cote du michi no eki. a cote de moi il y avait un motard qui a note sa tente sur le beton, et il a eu bien raison car j ai passe une sale nuit a cause des moustiques.

 

Le lendemain matin j ai pris mon temps puis je suis alle faire du stop a la sortie d Utoro, ou j ai rapidement ete embarque par une famille de Sapporo. Les grands-parents, la mere et les deux filles, tous tres sympas. Ils se sont arretes a la cascade Oshinkoshin, troisieme fois pour moi apres une fois avec le stop qui m a ammene a Rausu et celle avec Cedric, puis on est alle tous ensemble visiter la prison-musee d Abashiri. C etait parfait pour moi car je voulais aller a Abashiri pour trouver enfin internet, et je voulais egalement visiter cette prison-musee dont j avais entendue parler.

elle n est pas si fantastique que ca, en fait elle est de la fin du XIX en style europeen, c est pour cela qu elle a du succes aupres des japonais. Ils m ont paye l entree et le repas, un peu genant mais tres aimable de leur part. La plus jeune des filles etait une autre dans la categorie des pas timides, tres marrante du coup, et ca faisait plaisir de la voir, sans se mettre plein de restriction sans raison. et quel contraste avec sa soeur, dans le plus pur style nippon de la fille timide qui ne fait rien de bizarre, c etait bien etrange et drole a observer.

Ils m ont depose au michi no eki d Abashiri - detour special pour moi ! - ou j ai enfin trouve internet.

 

Je me suis ensuite mis en route pour un endroit ou dormir, et j ai traine en ville car c etait la journee des mort, Obon, et donc il y avait une sorte de fete forraine dans le rue centrale de la ville. Ca rendait la rue tres vivante, avec plein de jeunes venus ensemble jouer a des jeux et manger des choses typiques de fete forraines (patisseries, glaces, grillades, banaes enrobees de chocolat colore...).

 

J ai passe la nuit dans une auberge pour motard, dans un batiment un brin minable avec tout le monde dans la meme piece. Au moins ce n etait pas cher, 800 Yen (~ 6 euros) et moyennant 350 Yen, 300 + 50 pour le produit j ai pu faire une lessive, ce dont j avais bien besoin. Et dans cette ville le faire a la riviere, enorme et pas accessible, c etait mission impossible.

L ambiance etait au top, les gens etaient tous sur la meme longueur d onde ; c etait un bon endroit pour croiser les "atypiques" japonais, fort interessants.

 

Apres avoir pris mon temps ce matin dans un parc ou j ai dejeune tranquillement, je me suis pointe au michi no eki pour rediger tout plein de nouveaux articles ; essayer de rattraper mon retard quoi !

Une fois que j aurai fini de squatter l ordinateur (que personne ne m a dispute, tout le monde ici a un truc connecte a la 3 ou 4G ou a du wifi, raison de la disparition des manga cafes ailleurs que dans les tres grandes villes), je vais me remettre en route. Soit pour un camping gratuit a Abashiri, soit en stop pour un mici no eki au bord d un lac a environ 60km d ici.

 

Et ca sera reparti pour peut-etre un autre long moment sans internet.

 

 

Je profite de cet article pour faire un point matos.

tente : le probleme de condensation est vraiment genant dans ce pays tres humide, c est la galere. Il me faudra peut-etre la changer avant la fin du voyage, av oir quand est ce que je peterai un plomb a cause de cela.

En plus elle a ete endommagee par un renard qui s est glisse sous la tente exterieure et a mordu mechament la tente interieure pour attraper la bouffe qu il y avait dedans. Resultat gros trous que j ai recousus (pour la partie moustiquaire) ou bouches avec du scotch special pour reparer les tentes donne par le couple de francais.

ajout du 19/08/2014 : et en plus de tout cela elle prend maintenant l eau par le sol, ce qui mouille les affaires et rend le sechage encore plus long.

 

duvet : cote temperature je suis bien avec mon tres leger, de temps en temps il me faut ajouter le pied d elephant mais dans l ensemble ca va. Par contre les coutures commencent a donner des signes de faiblesse a certains endroits, de la couture en perspective.

 

veste GTX : nickel, au poil ! Elle tient bien le coup, et est tres etanche et respirante, parfait quoi. J ai juste du rethermo-colle les banmdes sur les coutures a certains endroits apres les Minami Alps et maintenant ca va bien.

 

chaussures : bilan mitige.Elles me vont tres bien, aucune ampoule ou douleur, et je suis tres a l aise avec car elles tiennent bien au pied. En revanche le cote waterproof est nul ici car l eau passe par les jambes et ruisselle dans la chaussure, et ensuite la membrane type GTX retient l eau et je fais sploutch-sploucth tout le temps. Et du coup elles sont longues a secher, pas vraiment le pied ;(. Comme pour la tente, je les changerai peut-etre, d autant plus que le tissu et les coutures semblent s user assez vite, probablement parce que je marche beaucoup avec tandis qu elles sont mouillees.

 

chapeau : je l ai perdu au debut avec Cedric et j ai maintenant une casquette typee pays tropicaux, pas donnee mais tres bien, confortable et efficace. en plus l avantage d avoir une visiere est que sous la pluie, ce qui est frequent, je n ai pas plein d eau sur les lunettes.

 

sac a dos : il me va toujours aussi bien, confortable, fait a mon dos, et comme je le connait par coeur c est tres simple de l organiser. Malheureusement il y a des points d usure qui commence a se former et donc je risque, a long terme - d ici quleques mois, ce n est pas non plus pour tout de suite - de devoir le changer egalement.

 

rechaud : il marche tres bien mais des fois les branches depliables sont tres dures a ouvrir et/ou a fermer, et je crains qu un jour l une d entre elles ne me petent entre les doigts. Ca serait bien casse-pied et par consequent je fais tres attention a chaque fois, mais je sais que c est un probleme qui me pend au nez.

 

vetements : parfait, rien a redire si ce n est que je suis tres content car je me sers de tout et rien ne me manque ; optimisation reussie. La doudoune fonctionne tres bien et me va bien, grande reussite. Seul bemol, le pantalon/short Quechua leger et a sechage rapide, bons points, a l entrejambe mal fait, tres serrer, et donc je ne peux pas le fermer comme il faut avec le bouton sans quoi j aurai les genitoires en charpie (un pantalon homme consu pour des femmes ??). Ca engendre de forts efforts sur la braguette, qui risque de tomber en rade prematurement. Il faudra juste que je trouve un moyen de pallier le probleme le temps venu, rien de bien grave.

 

parapluie : et oui, vous avez bien lu, je me balade maintenant avec un parapluie. c est le modele le plus petit et le plus leger, que j ai pris a l agence de location de voiture quand on est alle a Akankohan avec Coraline. et bien c etait une tres bonne idee, je m en suis beaucoup servi au camping a Rausu et meme des fois quand je marche je m ems ers, s il n y a pas trop de vent.

 

radio-reveil : un gars que je surnonmme "vieux samourai" m a offert un radio-reveil Mont Bel (marque de materiel de montagne japonaise), fait pour les gens qui randonne, et il est tres interessant car il a une bateerie qui se recharge grace a de peitis panneaux solaires integres, ou grace a une manivelle. Je m en servais tous les soirs a Rausu, et je l ai garde, ca me fait un souvenir. Un peu lourd le gadget mais si vraiment j en ai marre de la porter un jour je pourrai alors le donner a quelqu un, en attendant c est ma lumiere le soir.

 

+++++

Repost0
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 05:01

Apres le Rausu-dake je suis reste a Shiretoko, toujours au meme camping de Rausu en face de l onsen gratuit "de l ours" (son nom est kuma bla-bla-bla, et kuma = ours).

 

J ai passe quelques jours "tout seul", a me faire peter le bide pour recuperer des forces, a faire des petits tours a la cascade pour me doucher, a randonner un peu et a prendre des cours de japonais avec "la prof".

 

Ensuite, trois jours plus tard exactement, est arrive Cedric, et alors tout a change. Je l ai croise alors que j avais fini mes ablutions a la cascade et que je venais de marcher sur une grosse couleuvre trop lente a me capter pour pouvoir se barrer avant que je ne la touche. Debut en anglais, puis quand au bout de dix minutes il m a demande d ou je venais, on s est mis a parler en francais car il est de Montreux, en suisse francophone.

 

On a passe huit jours ensemble a faire des trucs de fous, c etait extraordinaire. il est photographe amateur, avec une preference pour les animaux, et tout particulierement les ours. Il est donc venu a Shiretoko pour prendre des photos de la sous-espece nippone. Il connait bien le sujet car il a deja etait plusieurs fois en Alaska et au canada prendre des photos de grizzli, de baribla et de d ours de Kodiak.

En fait il m a tout de suite propose qu on aille ensemble se balader au Rausu-ko, le lac Rausu, pour prendre de belles photos du coin et peut etre voir un ours. Moi j ai dit oui directement car je voulais aussi voir un ours et ca m interessait de le voir faire, pour prendre des photos avec son super matos semi-pro.

Il a trois objectifs par exemple, un grand angle, un "mini-bob" qui zoome deja bien, et "big bob", un monstre qui pese super lourd et donc qu il ne sort que quand il est sur de voir quelque chose.

 

On a bien cherche de partout et on a rien vu !!! Nooooonn !!! On etait les seuls a vouloir absolument en voir et ca a lamentablement echoue. Pourtant on a pas lesine sur les plans foireux et on a donne de notre personne.

On s est leve tot presque tous les jours, du genre 4h du mat et on s est tape des journees bien chargees a marcher a travers la foret, a cramer en marchant sur la cote...

Heureusement on s est reconforte en buvant des canons le soir, a partir de 5 ou 6h de l apres midi en fait, et en faisant des barbecues, pour moi c etait Byzance !

 

Dans l ordre, on est alle au Rausu-ko, carrement dedans je veux dire bien que ca soit interdit car on pourrait l abimer en faisant ca (ils sont completement tarres a propos de la conservation de leur parc, comme si l Hommne etait un alien qui detruit tout juste en posant le pied quelque part, peut etre parce que maintenant c est au patrimoine mondial de l Unesco, mais en meme temps ils font tout pour attirer des touristes...). Une fois rentre on a fait les courses et c est tout. On avait demande a la prof et a son mari un endroit ou acheter du gaz, qu elle nous a indique, et pour la remercier Cedric leur a offert une bouteille de choshu. Ce n est pas tres bien passe en fait, le mari s est demande pourquoi il recevait untruc pareil et ne semblait pas emballe du tout. Offrir des choses a des japonais est exercice tres difficile, on m avait prevenu pourtant...

 

Le lendemain direction Shiretoko-goko, c est-a-dire les fameux 5 lacs. Avant l endroit meme on a fait un petit tour a travers les herbes hautes en esperant voir un plantigrade, mais macache. une fois arrivee au somment d une falaise on a fait demi-tour, trempe par les herbes et bouffe par les moustiques, l echec quoi.

Ensuite les 5 lacs et grosse deception car en fait on avait rien a faire la, ce n est pas un endroit pour les gens comme nous. C est tres joli mais trop encadre, avec plein de restriction et de touristes. Je pondrai une page sur le sujet plus tard car je pense que ca vaut le coup d approfondir. En tous les cas, touours pas d ours alors qu on etait cense etre dans leur zone.

Autre tour n importe ou a cote des 5 lacs apres les avoir vu ; on a cette fois vu un petit serpent et une belle merde d ours. En tongues dans la foret a la recherche d un ours, a posteriori ca sonne bizarre mais sur le moment comme les chaussures etaient deux mini-piscine poisseuses c etait tout a fait normal.

 

Apres, le lendemain je veux dire, on est alle a Aidomari en voiture, sur la cote donc, et de la on est parti en direction du cap pour essayer de voir un ours sur la berge. Pas de chemin, il fallait progresser sur des galets en permanence, on n allait pas bien vite. On a dine a l ombre de gros rochers car le soleil cognait fort, et juste apres le repas j ai pousse seul un peu plus loin car Cedric avait les pieds en compote a cause de ses sandales mouillees. On a croise lors du repas une foule de gosses, certains encore bien en forme et d autres bien claques. Assez dingue de les voir la car c etait loin d Aidomari, 3h de marche environ, et avec des passages un peu difficile, un equipe avec une corde meme.

 

Le jour d apres, cense etre un jour de repos, on est alle a la station de ski desaffectee au-dessus de Rausu marcher un peu pour troujours essayer de voir un ours, puis on est alle un peu plus loin essayer d aller a un petit lac par un vieux chemine abandonne. Un truc de malade, on s est retrouve a bourriner dans des cannes-bambous hautes de 2m ou plus parfois, a ne rien voir et a avancer comme des tortues. Des fois quand la berge etait praticable on remontait la riviere qui est juste a cote de ce chemin abanonne. par manque de temps on a rebrousse chemin probablement juste a cote du lac.

 

Dernier gros jour juste apres. On est alle tot au 5 lacs, on a laisse la voiture juste a cote, puis on est parti a pied sur la piste qui va a la cascade Kamuiwakka, un site tres touristique accesseible uniquement en bus (tout au moins pendant la periode ou on y etait) qui coute une blinde et part tard selon nos standards.

Apres une grosse heure sur la piste, deux grosses heures a couper a travers la foret dans un terrain accidente, plein d arbres et de plantes assez hautes, et raides de surcroit. Tout ca pour faire 1,5km a vol d oiseau selon son GPS, pffff, tu parles d une galere !

On est arrive sur la cote la ou on voulait, a l embouchure d une riviere, et on attendu des fois qu un ours se pointrait, hein, va savoir. Et ben il n est pas venu, manque de bol, alors que pourtant on avait pris des supers sandwichs bourres de proc grilles qui sentaient tres bons. On les a manges, on a fait trempette dans la mer puis on s est rince dans la riviere, on a attendu encore un peu, puis on est rentre.

Pour le retour, changement de "chemin", on a vise les 5 lacs directement pour eviter des zones raides qu on pensait ardues a remonter. 2,5km a vol d oiseau, mais dans une foret qui se prete mal a la progression, parfois dans de monstrueusement denses champs de cannes (les photos vaudront le coup d oeil quand je pourrai les mettre). Apres deux heures trente ou trois heures d effort on est enfin arrive sur le chemin payant des 5 lacs, les gens qui nous on vu debarque on du etre assez fortement choques ! Degoulinants de sueur, Cedric qui etait en surchauffe (on a eu beau et chaud toute la journee et on avait tous les deux oublies nos chapeau et casquette) qui se renverse alors sa bouteille de flotte sur la tete, et avec des taons enormes et bruyants qui nous tournent autour (ils ne nous ont pas lache les saligauds, a l aller comme au retour on les a eus), c etait un sacre spectacle.

On a fini sur le chemin normal comme tout le monde et on est ensuite rentre a la voiture puis au camping.

 

Les jours d apres la periode exceptionnellement longue de beau temps s est terminee et on a fait moins de choses pour ces trios derniers jours ensemble, et surtout en voiture.

 

 

Apres le depart de Cedric j ai attendu une periode de trois jours de beau temps car je voulais retourner au Rausu-dake et enchainer avec la traversee de la chaine de montagnes, finir par le mont Io-zan et descendre a la Kamuiwakka cascade.

J ai passe des jours tres agreables malgre le temps pourri et meme le typhon qui est passe deux ou trois jours avant que je ne mette en route de nouveau. J ai ete invite a manger chez la prof presque tous les repas apres le depart de Cedric ; il y avait aussi Ando-san, un sacre phenomene, bourre en permanence mais pas mechant et interessant, et Hagiwara, un jeune de 31 ans qui se promene au Japon en petite moto. Il y avait de la bonne bouffe et sake ou shochu a profusion, j ai bien ripaille !

 

Tout ca me laisse peu de temps pour mentionner les autres rencontres plus ephemeres mais tout aussi agreables et conviviales qui etaient mon quotidien dans ce camping. Une fois invite a un barbecue par un couple qui viebnt de Sapporo, discussion avec un couple de francais (ils m ont donne du saucisson, je ne vais pas les oublier du coup !!), autres discussions motards, des randonneurs a velo - il y en a pas mal qui font ca au Japon en fait, et ils viennent souvent a Hokkaido pour ce faire car c est plus grand et moins peuple donc plus agreable -, et autres. parmi les autres une fille de 11 ans est venu spontanement me parler, incroyable !! Incroyable car les jeunes sont en general tellement timides que je n ai aucun echange avec eux.

une fois je suis remonte de Rausu, ou j etais alle acheter des vivres et une superbe nouvelle casquette speciale pour pays tropicaux (avec un vrai protege-nuque) car j ai paume mon chapeau a une rando avec Cedric, avec un jeune japonais qui cherchait l onsen pour se doucher. Il venait de passer trois jours avec des amis a la pointe, pile au moment du typhon, hihi. Toutes ses affaires etaient trempees, et je vois bien de quoi il parlait ayant experimente la chose un peu avant ! Il a un petit boulot a L-Breath, une super boutique de sport a Shinjyuku et m a propose de me faire des remises si je passe le voir, pourvu qu il y soit encore quand je serai a Tokyo.

 

bon, j ai oublie plein de choses, mais il me faurt encore parler de la suite jusqu a maintenant en train d ecrire a Abashiri et j ai deja les yeux qui se lezardent. Et en plus je squatte l ordi du michi no eki depuis environ trois heures...

 

a demain !!

Repost0
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 03:29

Ca fait un moment que je ne raconte plus rien car je n avais pas d acces a internet a Rausu, ou je suis reste un bon moment a explorer le parc de Shiretoko. Je vais reprendre dans l ordre mais aventures la-bas jusqu a arriver a maintenant, a Abashiri (ville au nord Hokkaido plutot a l est) dans un michi no eki.

 

La derniere fois je vous ai laisse en annoncant que j allais grimper le Rausu-dake, et ben je l ai fait, et il y avait bien de la neige.

Le chemin est long et pas tres bon, mais compare au niveau japonais moyen (je fais la moyenne des autoroutes a touristes qui sont de bons gros chemins tres entretenus avec les chemins pour aventuriers qui veulent aller plus loin, et qui sont tres mauvais, mal marques parfois, encombres par plein de vegetation tout le temps) il est correct, on avance assez vite.

Premiere partie dans la foret a se demander si je ne vais pas tomber sur un ours, avec des moments dans les cannes avec une faible visibilite ce qui rend la chose un poil flippante. Ensuite on remonte une riviere chargee de souffrre, affreux passage en ce qui me concerne car je n aime pas du tout cette odeur d oeuf pourri. Imaginez que le promeneur precedent a seme plein de boules puantes et vous aurez une idee de ce qu il faut endurer.

Troisieme partie a remonter le lit d un ruisseau, avec quelques arbres pour freiner l ascension mais rien de bien mechant.

On arrive apres ca a la quatrieme partie, le gros morceau, le passage sur les neves. pas de doute ils sont assez raides, il  ne faut pas se louper et mieux vaut  avoir comme moi un piolet de fortune en bois pour freiner la glissade (j ai teste le mien marchait tres bien), ou au moins un baton assez bien taille pour qu il se plante dans la neige encore dure du matin. En fait je m en suis surtout servi de canne-baton de marche car bien qu il soit tout petit la pente tres raide le rend utilisable.

Apres on est dans la partie haute de la montagne, on rejoint rapidement le chemin qui vient de l autre cote et donc on se met soudainement a croiser des cohortes de gus.

J ai avale la partie commune qui forme la fin a toute vitesse, doublant tous ces gens peu habitues a marcher dans les rochers. Car la fin est enfin dans le style de nos montagnes, il n y plus des arbres partout, on voit ce qui se passe, et le terrain est rocailleux, raide, avec des passages limite varappe, ou il faut utiliser un peu les mains.

 

Pause au sommet a grignoter un bout et a faire le zouave a escalader l antecime d a cote, ou evidemment il n y avait personne.

 

La descente s est faite sans encombre, la neige avait suffisamment fondue pour que je puisse l utiliser pour faire du ski, je me suis bein marre. La j etais content d avoir mon bout de bois car des fois c est trop raide et il me fallait le planter pour ne pas partir a toute berzingue de facon incontrolee. C est a ce moment que j ai croise les 7 seules personnes qui sont montees de ce cote comme moi ; hallucinees par cet europeen en chaussures de course qui faisait du ski sur le meme neve qu eux, alors qu eux etaient surequipes (pantalons impermeables, grosses pompes, vrais piolets...), comme toujours en ce qui concerne les japonais.

 

C etait mardi 29 juillet, apres le lundi en mama-chari au bord de l ocean.

 

Dsl pas de photo car je ne peux pas ! Pas ma faute, il faudra attendre une prochaine fois.

 

Je vais progammer les prochains articles pour qu ils sortent dans les jours suivants.

Sur ce, arvi !

Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 08:51

Coucou me revoila !

 

Je suis actuellement a l office du tourisme de Rausu, un village au bord de la mer sur la peninsule de Shiretoko, la fameuse avec plein d ours normalement. La fille qui parle anglais m a prete son ordi personnel, car il n y a pas de point internet autre que du wifi ici. Du coup j ai jusqu a ce que ca ferme, car ensuite elle rentre avec son ordinateur of course. Elle est vraiment gentille, la fois d avant elle nous a donne, avec Alon (voir plus loin) des cartes qu elle a imprimees car il n y en a pas de disponible a la vente, avec des conseils, le tout dans un anglais sommaire mais suffisant, puisqu on se comprend.

 

On a bien fait le Meakan-dake avec Coraline, en version longue : montee cote long, 6 km et 750m de denivelee, descente cote touristique, 4,2 km et 800m de denivelee, vers un lac tres pittoresque, surtout sous la pluie, puis la meme chose en sens inverse pour revenir a la voiture, mais avec un temps de chien qui nous a prive de vue.

La soiree a ete tres sympa, premier petit sommet avec une vue assez degagee, beau feu de camp et bon endroit pour dormir, mais le lendemain entre le brouillard, la pluie et le souffre !!! (ca chaouatte c est l enfer), on aurait pu faire mieux. On a tout de meme eu des apercus de paysages lunaires a un moment c etait assez magique, et on n a pas eu trop chaud ! Et puis, c etait ma premiere fois au sommet d un volcan actif, tatamm !

On s est ensuite quitte le soir au pied du Oakan-dake, un peu dommage apres seulement une petite rando. Pour une fois que je trouve une fille sympa et qui est partante pour ce genre de plan pourri...

Enfin, une fois mis les etats d ame de cote, j ai realise que c etait le vrai depart !!! Sous la pluie... avec un parapluie, hehe. J ai craque pour le gadget, et pour l instant je suis bien content de l avoir fait.

 

 

J ai passe la nuit sur une piste pas loin de la route 241 en direction de Masshu-ko, un superbe lac. J ai ete agresse comme jamais par des hordes de moustiques mutants, absolument enormes !!, qui crevaient la dalle j au eu l impression. Pas moyen d etre immobile plus de 10 secondes, pour monter la tente c etait facile tiens ! Je devais tout laisser en plan et partir courir toutes les 10 secondes, puis revenir pour continuer, puis repartir... Meme pas le temps de mager quelque chose, direct dans la tente, puis apres avoir acraser avec jubilation les quelques temeraires qui avaient ose rentrer avec moim j ai dormi un peu.

Je signale que le plan initial, qui est vite tombe a l eau, etait que je fasse le tour du Oakan-dake, le sommet a cote du lac Akan (la prochaine fois je mettrai des photos et des cartes, mais la pas le temps dsl), et en meme temps contourner le lac Akan pour aller vers le nord, en direction de Shiretoko. En fait aucun endroit pour mettre la tente car c etait raide partout, et dfensement peuple d arbres aussi. Donc demi-tour puis marche sur la route 240 et ensuite 241. Ce n est pas agreable du tout, et d apres ce que j ai vu ce n est pas le pied pour marcher car il n y a pas de chemin autres que les touristiques pour monter sur les volcans et diverses autres montagnes a la mode. Meme les routes secondaires n existent que rarement, et comme elles sont etroites, ce n est pas vers ca que je vais me tourner en premier.

 

Le lendemain, apres une bonne heure de marche plein nord sur cette route 241, equivalente a une nationale, un gars d environ 65 ans s est arrete au bord de la route pour me proposer, en japonais, de me prendre a son bord. J en avais marre des bagnoles et j avais surtout mal au genoux gauche, alors j ai dit oui et une fois dans la voiture j ai essaye de savoir jusqu ou il pouvait m emmener. En fait il faisait un peu de tourisme et voulait s arreter a certains endroits pour prendre des photos, avant de rentrer chez lui a Obihiro.

Resultat, on a fait le tour ensemble, pour prendre des photos au lac Masshu et au Iozan, un autre volcan tres actif et tres puant. Tour qui a pris des proportions gargantuesques car il a decide de me deposer a Shiretoko ! Apres m avoir paye le produit anti-moustique (je lui ai conte ma mesaventure de la veille dans mon japonais approximatif) et un bento pour que j ai quelque chose a manger pour le midi. In-croy-able ! Mon ange gardien a fait du bon bouot cette fois la, felicitations a lui.

J ai fini a un camping typique japonais, hyper rustique, a 300 Yen la nuit. Ca fait 2,20 euros, ce n est pas la ruine. Pas de douche par contre pour ce prix, mais de l autre cote de la route il y a un onsen gratuit, donc de l eau chaude a volonte. Mon petit souci personnel est que ca daube tellement le souffre que j ai du ma; a supporter. Et quand en plus on sent le souffre tout le temps a cause de ca, car j ai teste bien sur, c est pas cooool ;(. Pour moi ca sera donc douche a la riviere.

 

Le lendemain j ai sympathise avec Alon, un israelien en mode routard depuis un an, qui est en ce moment au Japon. Il a essaye de monter le Rausu-dake, 1660m avec depart a 100m, ca fait une trotte, et surtout avec des gros neves un poil raide, et est redescendu sans l avoir fait car il a pris le neve de gauche, le plus pentu.

Au moment de son retour des francais sont arrives, et on a profite qu ils aillent a Rausu faire une lessive pour y aller avec eux et refaire le plein de vivres au konbini nom general d une superette.

 

Le jour d apres on est alle ensemble a une cascade pas trop loin du camping, ou on s est douche (pas sous la cascade mais dans l eau tres fraiche de la riviere) et ou on a pris de photos d un joli et long serpent, soit une couleuvre soit un elapide, genre cobra. Je pencherais pour la couleuvre car il n y a pas d elapide a Hokkaido a ma connaissance.

Pendant ce temps les francais ont fait l ascesnion du Rausu-dake par l autre versant, beaucoup plus facile. Ils sont rentres sous la pluie car a partir de 2h de la aprem il s et mis a pleuvoir comme vache qui pisse. Moi je suis rentre en courant de mon escapade pour me trouver un piolet en bois (mission accomplie, je me suis taille un truc potable avec mon brave opinel) pour maximiser mes chances d arriver au sommet.

Aujourd hui tour en velo pour tester mon genoux, qui va mieux, jusqu au bout atteignable par la route de Shiretoko. Avec le vent de face et un mama-chari, c est a dire un truc trop petit sur lequel on est trop droit et donc avec lequel il est impossible de pedaler efficacement, ca a ete une bonne bavante. 50 bornes aller-retour, je vais m en souvenir.

 

Le fille me met dehors, la suitre une autre fois.

 

+++

 

Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 09:13

Cette fois, des photos pour vous montrer la présentation typiquement nippone d'un repas ici.

 

En guise de viande, on mange beaucoup de daim car bien que Kiyosi ait arrêté de chasser, des amis lui filent très souvent du daim. On en mange tous les morceaux sous tout plein de forme différentes : chair, abats, foie... grillés, fumés, séchés...

L'autre chose qui revient souvent maintenant, c'est le poisson pêché en rivière.

 

Certaines fois on peut voir du bambou,  de la raie... Si j ai du temps et acces a internet un jour j expliquerai chaque photo, en esperant que je me souviendrai toujours de ce que c est.

 

Bon tour gastronomique !

Les repas au ranch, bis avec photos
Les repas au ranch, bis avec photos
Les repas au ranch, bis avec photos
Les repas au ranch, bis avec photos
Les repas au ranch, bis avec photos

La premiere photo, celle qui fait aussi couverture, et un petit dej !! Avec de la raie au menu !!!

 

Normalement je suis en ce moment en train de marcher entre le volcan Akan et le parc natural Shiretoko. C est le dernier article a parution programmee, ensuite je ne sais pas combien de temps va s ecouler avant les prochaines nouvelles.

 

+++++++++++++

Repost0

Présentation

  • : Un aventurier solitaire, roi de la terre
  • Un aventurier solitaire, roi de la terre
  • : Ce blog a pour but de narrer mes pérégrinations sur la planète bleue. Après l'étape en Afrique à pied et en stop, celle au Japon en stop et en vélo et les nombreuses en France tous moyens confondus, c'est au tour du Kirghizistan !
  • Contact

Profil

  • Hanaouji
  • Une fois diplômé fin 2011 en gestion de l'énergie par l'ENSE3, école d'ingénieur à Grenoble, je me suis tourné vers le voyage.

Je privilégie la marche, moyen le plus efficace pour découvrir les pays parcourus selon moi, mais j'utilise parfois d'autres moyens de transport comme le vélo ou le stop.
  • Une fois diplômé fin 2011 en gestion de l'énergie par l'ENSE3, école d'ingénieur à Grenoble, je me suis tourné vers le voyage. Je privilégie la marche, moyen le plus efficace pour découvrir les pays parcourus selon moi, mais j'utilise parfois d'autres moyens de transport comme le vélo ou le stop.

Recherche

Archives

C'est Par Ici Pour Les Derniers Articles :

  • Un mois a Iriomote-jima, une ile paradisiaque au large de Taiwan
    Comme je disais la derniere fois, apres Fukuoka je me suis rendu a Iriomote-jima (jima derive de shima qui veut dire ile en japonais). J y suis reste un mois et ca a ete trop court tellement j etais bien la-bas !! Pour ceux qui veulent des informations...
  • Yakushima et la fin du voyage au Japon a deux
    La derniere fois nous etions alles jusqu a Kumamoto. Me voila maintenant tout seul a Iriomote-jima. Mais reprenons dans l ordre. Apres Kumamoto nous sommes alles a Kagoshima pour prendre le ferry le moins cher pour Yakushima, avec un arret en route pour...
  • À l'ouest, du nouveau: temples à gogo à partir de Kyoto
    Le voyage continue, tout se passe toujours aussi bien ! Nous voilà maintenant dans la partie sud ouest des îles principales de l'archipel nippon et on a pu noter des petites différences. Pour ce qui est du stop, les gens nous ignorent plus que dans le...
  • Retour vers le Japon, épisode 3
    Youkoso ! Vous êtes au bon endroit pour suivre une nouvelle épopée nippone de votre chemineau favori (ou pas, je ne vous en voudrai pas). Cette fois je voyage avec une petite soeur, après avoir testé la chose deux petits mois en Europe de l'est, à Istanbul...
  • Mon matos entre dans l'ère de la plume !
    Petit article pour présenter rapidement quelques unes de mes dernières réalisations afin de voyager ultra-léger tout en ne sacrifiant pas trop mon petit confort. Le gros changement est que je me fais désormais l'isolation pour les doudounes, pieds d'éléphant,...
  • Taïwan, suite et fin
    Je suis tranquillement (à défaut de confortablement) installé dans une chambre surpeuplée à Tokyo pour rédiger un petit (ou pas, à voir) billet à propos de mon séjour à Taïwan. Pour les plus pressés, les photos sont toutes à la fin. Quand je dis chambre...
  • Escapade dans le nord de Taïwan
    Ou le paradis des tours touristiques ! J'en ai vu un paquet là-bas, des cohortes de chinois ! À la pelle y en avaient, incroyable... Effarant même. Moi qui croyais naïvement qu'ils étaient tous au Louvre ou à Asakusa, eh ben que nenni ! À mon avis il...
  • Et maintenant, Taïwan !
    Bonjour ! Ou Nihao devrais-je peut-être dire. Je suis en ce moment à Taïwan, le voyage continue ! Après le Kirghizistan et le Tadjikistan, je suis rentré un mois en Francistan pour renouveler mon passeport qui allait se périmer en cours de voyage. Ensuite...
  • Derechef au Kirghizistan !
    Bonjour, je vais essayer de revenir plus souvent pour donner des nouvelles sur mon blog, cette fois c'est promis juré craché. La raison pour que je reprenne l'écriture ici est simple : je suis de nouveau parti pour un grand voyage à l'étranger (détails...
  • Petit tour au Kirghizistan
    Bonjour a tous ! Tout d'abord, un grand merci a ceux qui me suivent encore malgre ma longue absence de mon blogespace. Ceci n'est pas une pomme est un bref post pour signaler qu'apres un long silence je vais reprendre ma plume electronique (en plus d'aujourd'hui...